80% des jeunes n'auraient jamais ouvert une Bible

La Bible comme livre de chevet ? Pas chez les jeunes en tout cas. 80% d’entre eux ne l’auraient même jamais ouverte.

" Je ne sais pas s’ils ne souhaitent pas l’ouvrir, mais je pense qu’elle a un peu disparu de leur paysage comme tant d’autres choses de la religion. " Jean-Louis Schlegel est sociologue des religions et auteur de " La Bible expliquée aux jeunes " (Seuil). Dans son livre paru en mai 2017, il tente de répondre aux questions que tout le monde se pose sur la religion. Sous la forme d’un dialogue entre un jeune et un adulte, l’ouvrage se veut être une introduction aux principaux livres de l’Ancien Testament.

Sécularisation de la population

Jean-Louis Schlegel lit un passage de la Bible par jour. Ce qui n’est pas le cas pour une majorité écrasante des jeunes. Selon l’auteur, "la Bible est sortie de notre orbite culturel même quand les jeunes sont d’une famille catholique pratiquante. C’est un livre éloigné de leur quotidien et de leurs soucis. " En effet, à moins d’être lue à l’école ou de faire partie des pratiques familiales, peu de jeunes gens semblent avoir la curiosité d’ouvrir le livre chrétien. Fait qui ne semble pas étonnant quand on sait la sécularisation croissante de la population belge. Aussi, les jeunes sont plus décomplexés par rapport à la religion que l'étaient leurs aïeuls et n'hésitent pas à remettre en question la foi qui leur est transmise. 

Jean-Louis Schlegel note également le besoin de prérequis avant de consulter la Bible afin d’en comprendre le sens. " Il faut quelques repères historiques tout de même. La différence entre la date des événements et la date de l’écriture. Quand on n’a pas compris ça, on prend tout comme argent comptant. Des récits ont été parfois écrits mille ans après les événements et on ne sait pas s’ils se sont réellement passés." En effet, pour ceux qui décident d'entreprendre la lecture de l'ouvrage sacré, il faut avoir suffisamment de clés pour le comprendre. " Je pense que c’est par excellence un des scandales de la religion. (...) Le récit de la violence est dans la Bible. La Bible n’est pas un livre de morale. Il y a le ''tu ne tueras point'' mais en même temps elle ne fait que raconter des histoires où l’on tue" ajoute Jean-Louis Schlegel. 

Enfin, s'intéresser aux écrits présents dans la Bible n'est pas incompatible avec la laïcité puisqu'il peut être considéré comme un texte littéraire et historiquement intéressant. Croyant ou non. 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK