7 conseils pour limiter le sentiment d'abandon

Comment lutter contre le sentiment d'abandon ?
Comment lutter contre le sentiment d'abandon ? - © RTBF

Si je laisse mon enfant dormir avec moi toutes les nuits quand il est tout jeune et qu’ensuite je l’oblige à dormir dans son propre lit, vais-je générer un sentiment d’abandon chez mon enfant ? Nombreux sont les parents qui se posent ce genre de questions. Qui n'a pas vécu, un jour ou l'autre, la morsure de l'abandon ? Voici quelques conseils du psychanalyste français Saverio Tomasella, auteur du livre "Le sentiment d’abandon", pour tenter de lutter contre cette souffrance.

1. Identifiez précisément votre mal-être

Dépression n’est pas abandon et abandon n’entraîne pas forcément dépression, explique d’emblée Saverio Tomasella au micro de Tendances Première. Même si les symptômes de ces maux peuvent être similaires, veillez à ne pas confondre une douleur pour une autre.  Ayez également conscience des conséquences que ce sentiment d’abandon peut générer.  Troubles de l’alimentation, tensions dans le couple, crises de nerfs, dépression, addictions … tous ces maux peuvent découler d’un sentiment d’abandon.  "Ces comportements qui, à priori, n’ont rien à voir avec le sentiment d’abandon sont en fait une parade très forte qui a été mise en place très tôt pour ne pas ressentir de manière trop forte ce sentiment d’abandon", explique le psychanalyste français.  

 

2. Oubliez les pilules, parlez !

Les médicaments ne vont pas vous libérer de vos sentiments, de ce qui vous pèse. " La chimie peut atténuer certains symptômes mais ça ne changera jamais la donne", assure l’auteur. L’important est de co-mmu-ni-quer.  "Il faut prendre le temps de parler, de dire ce qui est difficile, plutôt que d’endormir son âme et son corps", insiste-t-il.

 La communication est aussi à privilégier dans la relation avec vos éventuels enfants pour éviter qu’ils se sentent abandonnés. Par exemple lorsque vous décidez qu’il est temps que votre tête blonde dorme seule dans son lit comme une  grande, il ne faut pas hésiter à expliquer les raisons de ce changement pour que le sentiment d’abandon n’ait même pas le temps de pointer le bout de son nez. Et ce, simplement grâce à la conversation.

 

3. Mieux vaut prévenir que guérir

Que ce soit avec vos enfants ou les personnes qui vous sont chères, il vaut mieux prendre les devants pour qu’aucun malaise ne se développe. Pour Saverio Tomasella, la solution est très simple, mais très compliquée à appliquer : Il faut prendre du temps. Il faut arrêter d’écouter vos proches d’une oreille distraite tout en ayant vos yeux rivés sur votre smartphone. Stop. Dorénavant, vous prenez le temps d’être là physiquement et mentalement. Non seulement vous éviterez le développement de sentiment de négligence chez les autres, mais vous renforcerez vos liens et cela vous sera également bénéfique.

 

4. Parents : restez calme et faites de votre mieux

Si vous êtes parent, rassurez-vous. Pour l’expert, "quoi que nous fassions, cela n’empêchera pas nos enfants de se sentir abandonnés".  À la fois rassurante et déroutante, cette prédiction dit surtout que vous devez faire de votre mieux, mais que vous ne pourrez pas contrôler l’irrationnel ou l’imprévisible.  "Il faut dédramatiser", insiste Saverio Tomasella.  Soyez tout de même conscient des risques de développement de ce sentiment d’abandon, car l’héritage familiale n’est pas uniquement matériel ou génétique…  Un abandon peut donc avoir de lourdes conséquences sur la famille, et ce, pendant longtemps.

 

5. Lors d’une rupture amoureuse, le mieux est de s’entourer

La rupture amoureuse peut être un moment très délicat, surtout dans le cas de la fin d’une relation longue. Après avoir partagé tant de temps avec une personne, la séparation est un moment de vide, où l’absence de l’autre nous blesse. Difficile de donner un véritable conseil dans ce cas précis selon l’auteur, mais il est nécessaire de s’entourer de personnes chaleureuses, qui vont vous réconforter, être là pour vous. "Vos proches peuvent vous préparer une tisane ou un chocolat chaud, vous serrez dans leurs bras,… Ce sont parfois ces petites actions de réconfort toutes simples qui font le plus de bien".

 

6. Soyez patient. La victoire est progressive

 Pour sortir de ce sentiment, le chemin sera long. Mais il faut absolument travailler sur soi-même pour s’accepter tel que nous sommes.  Lutter contre le sentiment d’abandon peut d’ailleurs paradoxalement passer par des moments de solitude bénéfiques. Jardiner, se balader, lire, cuisiner, etc.  Chaque moment où vous êtes seul peut être l’occasion d’apprendre à vous connaître. "Ce qui a pris du temps à se former en nous, prendra au moins autant de temps à être déconstruit". 

 

7. Trouvez votre propre chemin 

Les conseils c’est bien, mais le mieux c’est encore de trouver votre propre force pour vaincre ce sentiment,  de développer vos mécanismes personnels pour qu’il ne se développe pas chez votre entourage. Tout ce que vous entreprendrez mènera de toute façon à une transformation, à une amélioration, selon le psychanalyste "Il y a toujours de l’espoir et quel que soit l’âge".

Le tout est d’écouter les autres, mais surtout de s’écouter soi-même. 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK