3 femmes qui ont marqué 2019

Qui est apparu subitement sur la scène internationale ? Pour le dire autrement, qui est devenu une star mondiale en 2019 alors que l'an dernier ces personnes n'étaient généralement connues que dans leur seul pays ? Trois femmes, en particulier ont fait l'actualité dans le monde en 2019 alors qu'elles étaient peu connues en 2018. Greta Thunberg, Ursula Von Der Leyen & Nancy Pelosi.

 

 

 

1. Greta Thunberg

 "We are in the beginning of a mass extinction, and all you can talk about is money and fairy tales of eternal economic growth. How dare you ?! You have stolen my dreams and my childhood

Greta Thunberg 

Un discours tenu aux Nations unies en septembre et adressée directement aux dirigeants de la planète  : comment osez-vous ? Nous sommes au début d'une extinction de masse et tout ce dont vous parlez c'est de l'argent et du conte de fée d'une croissance économique éternelle. Comment osez-vous ? Vous avez volé mon enfance et mes rêves.

On entend des applaudissements pour ce discours plein de rage, de colère, d'indignation et qui n'a laissé personne indifférent. Certains ont été émus, ses plus fervents supporters  ont trouvé qu'elle méritait le prix Nobel pour son engagement sans concessions en faveur du climat mais d'autres ont été gênés par son ton et par la radicalité du discours de cette jeune fille de 16 ans et ont remis en cause son "catastrophisme".

Mais quoi que l'on pense de Greta Thundberg,  il faut bien constater, quand on voit le quasi échec de la Cop 25, qu'il y a pour le moins un grand écart entre les paroles et les actes en matière de lutte contre le réchauffement climatique.

 

 

2. Ursula Von Der Leyen

Ursula Von der Leyen, la présidente de la commission européenne, a passé son enfance à Ixelles et l'Europe, c'est sa marmite de potion magique à elle : un peu comme Obélix, elle est tombée dedans quand elle était petite : elle a fréquenté l'école européenne et elle est née dans la capitale européenne parce que son père était un haut fonctionnaire européen dès la création de la commission européenne en 1958.

Avant cet été, elle n'était connue qu'en Allemagne où elle était ministre de la Défense dans le gouvernement d'Angela Merkel et si elle a été propulsée à la tête de la commission européenne, c'est par un concours de circonstance : dans un premier temps, les Etats et les familles politiques ne sont pas parvenues à se mettre d'accord sur les postes-clés de l'union européenne ; elle fut donc clairement un second choix; pour autant rien ne dit  qu'elle ne va pas marquer sa présidence.

Elle a d'ailleurs commencé fort avec ce "green deal", auquel elle faisait ici allusion, vous venez de l'entendre : un projet giganteque  qui vise à la neutralité carbonne en Europe en 2050. Alors bien sûr on attend de voir si le budget et les investissement suivront l'an prochain mais on ne pourra pas reprocher à Ursula Von der Leyen de manquer d'ambition.

 

3. Nancy Pelosi

Nancy Pelosi, la présidente de la chambre des représentants des Etats-Unis s'est démarquée car elle incarne l'opposition démocrate de Donald Trump en prenant le contre-pied de sa politique étrangère.

Le 3 janvier dernier elle s'est retrouvée au perchoir de la chambre des députés après la victoire démocrate aux législatives. Et c'est ainsi qu'elle a géré la procédure de destitution lancée contre Donald Trump.

Au départ, elle n'était guère persuadée de l'opportunité de le faire mais elle a bien dû s'y résoudre : d'abord c'était la volonté d'une majorité de son parti et puis le président américain n'a absolument rien fait pour calmer le jeu, au contraire. On le sait, cette destitution n'a quasi aucune chance d'aboutir car c'est le Sénat qui va décider et il est à majorité républicaine. Ce qui est sûr , c'est que l'année 2020 aux Etats-Unis sera agitée...

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK