Valerie June : American Beauty

Adulée par Bob Dylan, épaulée par la légende de la soul Carla Thomas, Valerie June revient dépoussiérer les traditions américaines avec sa voix à couper le souffle. Folk, country, soul ou gospel vibrent ainsi sous le capot de "The Moon and Stars: Prescriptions For Dreamers". Un album parfait pour suspendre le temps, oublier la pluie, le confinement. Parfait pour rêver, tout simplement.

Au pays de l’Oncle Sam, les chercheurs d’or tiennent leur nouvelle pépite : le troisième album de Valerie June incarne, en effet, une certaine perception du rêve américain. Coproduit en compagnie de Jack Splash (Alicia Keys, Kendrick Lamar, John Legend), "The Moon and Stars: Prescriptions For Dreamers" dévoile un panorama aux couleurs sépias. L’héritage gospel, les légendes de la soul, du blues, de la country ou du folk traversent les chansons d’un disque délicieusement vintage, mais pas trop.

Itinéraire bis

Originaire d’Humboldt, une petite bourgade de 8.000 habitants coincée dans les décors éternels du Tennessee, Valerie June s’exfiltre de son village une fois majeure et vaccinée. Elle prend alors la direction de Memphis, où elle multiplie les jobs alimentaires. Tour à tour serveuse, femme de ménage ou fleuriste, elle empile les activités rémunérées pour défendre sa cause musicale en dehors des heures de travail. Un jour, entre deux boulots, elle s’effondre. Taux d’insuline défaillant. A 27 ans, l’artiste doit suivre un coûteux traitement contre le diabète. Sans assurance, elle dilapide l’argent économisé pour enregistrer son disque… Anéantie, mais pas désespérée, elle décide de s’en remettre aux internautes en lançant une campagne de financement participatif. Sponsorisée par ses fans, encouragée de toutes parts, elle enregistre son premier album au printemps 2013. Produit par le rockeur Dan Auerbach (The Black Keys), “Pushin’ Against a Stone” révèle un chant lustré sur les bancs de l’église et des mélodies enracinées dans les traditions blues, soul, folk ou gospel.

Retour vers le futur

Après le succès de ce premier album, Valerie June escalade les branches de son arbre généalogique aux premiers jours de 2017 pour façonner “The Order of Time”, un deuxième album pensé comme une ode à la famille. Dans ce disque, ses frères et sœurs défilent en studio aux côtés du saxophoniste Colin Stetson ou de Norah Jones, venue donner du chœur à l’ombre des projecteurs. Désormais relocalisée à New York, Valerie June repart sur la trace de ses principales influences musicales. Comme la reine de la soul Carla Thomas qui, à 78 ans, pose sa voix sur deux chansons (Call Me A Fool, African Proverb) hantées par les légendes du label Stax. Baptisé "The Moon and Stars: Prescriptions For Dreamers", ce nouvel album s’approprie l’histoire en quelques douceurs chantées avec cœur et passion. Soulignées par les arrangements de cordes du vétéran Lester Snell (Isaac Hayes, Al Green), les mélodies de Valerie June convoquent les anciens pour imaginer un disque à destination des futures générations. Un passage de témoin à portée de toutes et tous.

Newsletter Jam.

Recevez chaque semaine toutes les actualités musicales proposées par Jam., la radio "faite par des êtres humains pour des êtres humains"

OK