Télécharger sa musique est devenu un acte militant en 2020

Vous shazamez la musique de Jam constamment? Vous avez le pouvoir de mieux rémunérer les artistes que vous écoutez en boucle. Pour cela, à l'arrière des berlines du streaming, certains services en ligne vous proposent encore de télécharger de la musique, librement.

 

Vivre de la musique à l'heure de la dématérialisation des supports (et des règles de distanciation sociale actuelles) n'est pas une mince affaire pour les artistes, à plus forte raison quand on parle du streaming. Nous avons cherché à savoir combien rapporte le streaming aux artistes et s'il était encore possible de télécharger légalement de la musique en 2020.

Téléchargement, streaming, CD: où en est-on ?

Le moins que l'on puisse dire, c'est tout ne va pas si mal dans l'industrie de la musique belge. Les chiffres les plus récents dont nous disposons datent de mars 2020 et ont été publiés par la Belgian Entertainment Association. Ils indiquent qu'en 2019, le secteur a connu une croissance annuelle de 8%

Signe plutôt amusant : il se sera vendu l'an dernier 8% de vinyles en plus dans le Royaume, preuve d'un engouement pour l'objet matériel, mais dont l'ampleur ne doit pas faire oublier que c'est aujourd'hui le streaming qui mène la danse. Il représente en effet 60% du chiffre d'affaires, contre 32% pour les supports physiques. La proportion de téléchargement continue elle sa longue et pénible descente aux enfers : elle était de 13% en 2017, elle est aujourd'hui à 8%.

 

 

Streaming musical : comment les artistes sont-ils rémunérés ?

Il y a quelques mois, le magazine allemand Beat publiait un article comparant les niveaux de rémunération des différents services de streaming. La rédaction s'est basée sur le nombre d'écoutes nécessaires pour gagner un euro. Les résultats sont stupéfiants.

En dehors de Napster (59 écoutes) et du norvégien Tidal (89 écoutes), il faut atteindre 151 diffusions sur Apple Music, 174 sur Deezer, 254 sur Spotify et 277 sur Amazon Music. Vous avez pour habitude d'écouter de la musique via Youtube ? Sans le savoir, probablement, vous participez à un modèle économique où 1.612 écoutes sont nécessaires pour atteindre la pièce d'un euro!

Absent de ce classement, Qobuz reste la plateforme qui rémunère le mieux les artistes diffusés dans ses offres illimitées (environ 0,032€ par diffusion). Durant le confinement, l'entreprise française a d'ailleurs choisi de reverser 100 % des revenus du premier mois de souscription aux ayants droit.

 

4 images
Dossier du magazine Beat sur la rémunération des services de streaming © Beat Magazine

Téléchargement de musique en 2020

Le téléchargement de singles et d'albums, initié par Apple en 2003 avec l'iTunes Music Store, a définitivement perdu de sa superbe auprès des internautes, qui favorisent aujourd'hui massivement la location de musique, tantôt gratuite (comme Spotify Free), tantôt payante (comme Qobuz Sublime).

Nous le disions plus haut, la part du streaming musical atteint en Belgique 60%, mais elle dépasse 80% sur d'autres marchés, comme les États-Unis. L'ensemble du secteur semble d'ailleurs s'y résoudre, jusqu'à Beatport, prisé par les DJs. L'entreprise a fini par lancer son propre service de streaming baptisé Link, en mai 2019.

Pourtant, des irréductibles continuent de proposer l'achat de musique à la pièce. Il reste donc possible de télécharger de la musique légalement en 2020 sur plusieurs plateformes.

L'avantage pour les artistes ? Vous leur garantissez une rémunération nettement plus importante, surtout s'ils sont auto-produits, comme c'est le cas de plus en plus souvent aujourd'hui.

Jamendo, pionnier de la musique libre

Jamendo existe depuis 2005. La plateforme de musique libre de droit - rachetée par le belge Audiovalley (TargetSpot) - permet aux musiciens indépendants de faire connaître leurs créations et de gérer leurs droits. Aujourd'hui, le service compte 240.000 titres, qu'il est possible de télécharger gratuitement.

Si on souhaite diffuser cette musique dans un cadre commercial, des abonnements sont proposés, qui permettent par exemple d'obtenir des droits de diffusion pour une publicité ou pour une bande originale.

4 images
Bandcamp Oakland © Richard Morgenstein

Bandcamp, le rebelle

Bandcamp est né en Californie. Le site se targue d'être aujourd'hui le plus rémunérateur pour les artistes, qui peuvent y diffuser leur musique et la rendre disponible en téléchargement, même gratuitement s'ils le souhaitent (à l'image de l'allemand Soundcloud).

Ils peuvent également commercialiser leurs titres sous forme électronique ou physique (vinyles, CD). Le site est transparent : il s'octroie 15% de commission sur les ventes et 10% lorsque les artistes dépassent 5.000 dollars américains par mois de revenus. La musique comprimée (MP3, AAC) y reste accessible, mais les artistes peuvent y déposer des formats audio sans perte (de qualité CD), toujours très prisés par les mélomanes.

Pour marquer sa différence, Bandcamp a carrément lancé sa propre boutique à Oakland, à deux pas de San Francisco. C'est un disquaire, mais aussi un espace de création et d'événements.

Qobuz, la boutique haute fidélité

Si le français Qobuz met aujourd'hui en avant des offres de streaming hi-fi et en qualité studio, il n'en reste pas moins un disquaire en ligne.

Ne cherchez plus de MP3 sur la plateforme, c'est fini : Qobuz estime que la musique comprimée n'a plus de sens aujourd'hui à l'heure de la 5G et de la fibre (et ils ont probablement raison!). Les titres y sont donc désormais proposés soit en qualité CD, soit en Hi-Res (haute résolution), si on dispose d'une installation adaptée. Un exemple : le dernier album de Lindstrøm & Prins Thomas sorti ce 20 novembre est disponible à 8,99 € en qualité CD et 13,49 € en haute résolution.

4 images
Nouvel album de Lindstrøm & Prins Thomas sur Qobuz en téléchargement (CD ou HI-RES) © Cédric Godart

Si cet article vous branche, vous allez adorer Jam!

Jam est une radio de la RTBF disponible sur le DAB+ et sur internet avec RadioPlayer, disponible gratuitement sur iPhone, Android, Carplay, AppGallery (Huawei) et Android Auto. Jam se déguste sans modération, sans interruption, sans discours ou pub envahissante. Jam est la chaîne de l'inattendu et de l’inentendu. Elle est faite par des êtres humains pour des êtres humains. On vous explique comment écouter Jam sur votre radio DAB +, votre enceinte connectée ou votre smartphone.