Sault : L'énorme succès soul-jazz d'un collectif passé de l’ombre à la lumière

À l’heure des tops de fin d’année, une évidence s’impose chez Jam : Sault tient - au moins - l’un des albums de 2020. Avec deux disques dans le rétro, le collectif britannique secoue les consciences via ses mélodies néo-soul pétries d’amour et de revendications sociales. Sous cette double réussite, le groupe cultive pourtant le mystère. Avec l’art et la manière.

Le succès de Sault est totalement en phase avec l’année écoulée. Privés de concerts, d’échanges physiques, d’émois et d’hystéries collectives, les mélomanes s’en remettent fort logiquement à la musique d’un groupe invisible. Repéré au printemps 2019 dans les contre-allées de la scène londonienne, Sault adopte rapidement un rythme de croisière : deux livraisons annuelles, toujours expédiées à l’ombre du grand cirque médiatique. Ainsi, quand ses deux premiers disques (‘5’ et ‘7’) voient le jour, le collectif soul-jazz reste tapi dans l’obscurité. Aucune photo, zéro vidéo et surtout pas d’interview pour nourrir la machine (à écrire). Sans parler d’une existence fantomatique sur les réseaux sociaux... Juste de quoi soigner l’anonymat des forces en présence. En 2020, pourtant, quelques informations commencent à filtrer à la lueur de deux nouveaux albums, fascinants et totalement renversants.

Cache-cache

Sorti dans le courant du mois de juin, le troisième album de Sault se dévoile sous un titre en trompe-l’œil. Baptisé ‘Untitled’, mais sous-titré ‘Black Is’, l’ouvrage en question rénove les codes du R&B, poursuivant ainsi l’énorme chantier entamé sur les deux précédents essais. Sur la pochette, un poing serré semble détenir toutes les aspirations d’une génération. Un nom, surtout, apparaît dans les crédits du disque, celui du producteur Dean Josiah Cover (alias Inflo). Ce dernier est connu pour son travail avec Little Simz ou Michael Kiwanuka (présent, lui aussi, sur le morceau Bow’). Impliqué dans le projet, l’ingénieur du son se révèle bientôt en tant que pièce maîtresse. En septembre dernier, au moment où Sault libère les morceaux d’‘Untitled (Rise)’, l’identité du reste de l’équipe est divulguée. Le musicien Kadeem Clarke, la chanteuse Cleopatra Nikolic (alias Cleo Sol) et la rappeuse américaine Melisa Young ("Kid Sister") entourent le producteur anglais dans son entreprise musicale. Si les noms tombent, le mystère demeure. Le groupe refuse en effet de délivrer des informations

Black is beautiful

À l’heure du tracing et d’une fâcheuse tendance à la délation, Sault passe habilement entre les mailles de la surveillance organisée. Pourtant, le collectif britannique n’est pas spécialement discret. Ses intentions sont claires, ses influences facilement identifiables. Leurs revendications, déjà, se font entendre dans la plupart des chansons. Ancré dans l’époque et la réalité du mouvement Black Lives Matter, Sault réclame haut et fort une justice sociale pour toutes les personnes noires. Sortis au lendemain de la mort de George Floyd, les deux derniers albums de la formation entendent ainsi forcer le respect. Poing levé, genou à terre. Un état d’esprit résumé sur Twitter, dans le seul message posté officiellement par Sault : " Nos albums marquent un moment dans le temps où nous, en tant que personnes noires, et d'origine noire, nous nous battons pour nos vies... Le changement est en train de se produire... Restons attentifs. "

Une musique d’anthologie

En lutte contre le racisme, en harmonie avec ses idéaux culturels, le collectif ne se cache pas quand il s’agit d’endosser l’héritage musical de ses aînés. D’un disque à l’autre, Sault cultive et sublime une certaine nostalgie pour la soul de Wendy Rene, le rap de Queen Latifah, l’afro-beat de Fela, le post-punk d’ESG ou le funk de James Brown. Pour enrichir la recette magique, un R&B estampillé nineties ou un trip disco " à la Diana Ross " ruissellent également sous les perles servies dans les deux volets de ‘Untitled’. Deux disques à écouter sans tarder pour revivre l’année en accéléré et faire le grand Sault.

Si cet article vous intéresse, alors écoutez Jam!

Jam est une radio de la RTBF disponible sur le DAB + et sur internet avec RadioPlayer, disponible sur iPhone, Android, Carplay, Android Auto et début 2021 sur Android TV. Jam se déguste sans modération, sans interruption, sans discours ou pub envahissante. Jam est une chaîne numérique, conçue à la main par des êtres humains, pour des êtres humains. On vous explique ici cmment écouter Jam sur votre radio DAB +, votre enceinte connectée ou votre smartphone.