Requin Chagrin : « Bye Bye Baby », complainte dreampop made in France

En février dernier, Marion Brunetto, la blondinette derrière Requin Chagrin, dévoilait un nouveau titre assorti d’un clip pour Déjà-vu, prémisses d’un album à venir. Aujourd’hui c’est chose faite : terminé à la fin de l’été 2020 dans les prestigieux studios bruxellois ICP, Bye bye baby est le troisième opus de la parisienne.

Elle s’est inspirée de ses voyages, ses rêves et ses amis : à peine deux ans et quelques confinements après Sémaphore, son deuxième album sorti en 2019, Requin Chagrin revient avec Bye bye Baby. Pourtant loin d’être un aurevoir, la jeune trentenaire abandonne (presque) un temps le champ lexical de la mer, pour nous livrer 10 titres introspectifs entre ciel et terre.

2 images
© artwork "bye bye baby"

Une dream pop mélancolique et planante accentuée par des riffs de synthé prononcés, des batteries frondeuses et des guitares eighties presque omniprésentes. 38 minutes d’un lumineux voyage qui suit les traces de Beach House, Molly Nilsson, Cigarettes After Sex, John Maus et autres Cocteau Twins.

Signée sur le label KMS d’un certain Nicolas Sirkis, Marion s’est notamment octroyé les services de Chab (Daft Punk, AIR, Sebastian) pour le mastering et de l’ingénieur du son Ash Workman (Christine & The Queen, Metronomy).

Parfaitement adapté aux échappées belles ensoleillées de ce prochain été…

Newsletter Jam.

Recevez chaque semaine toutes les actualités musicales proposées par Jam., la radio "faite par des êtres humains pour des êtres humains"

OK