Quakers: une dream team au service d’un rap croustillant

Réuni à l’initiative du cerveau de Portishead, un casting de rappeurs talentueux s’offre le blockbuster de l’année. Au rayon hip-hop indépendant, le deuxième album de Quakers est, assurément, une bonne raison d’apprécier 2020.

Voyage super sonique et onirique au pays d’un hip-hop multiple, Quakers est un projet cinglé, initié et orchestré par l’inusable Geoff Barrow. En 2012, le cerveau bouillonnant de Portishead s’était mis en tête de réunir ses MC’s préférés autour d’une bande-son aventureuse. Aidé dans la tâche par les producteurs 7-Stu-7 et Katalyst, l’ami Geoff Barrow rassemblait alors 35 rappeurs autour de son idée folle. À l’époque, Aloe Blacc, Dead Prez, Guilty Simpson ou Booty Brown (The Pharcyde) s’étaient notamment glissé derrière le micro pour graver le flow sur un album mémorable.

Initialement lancé pour habiller le film de Banksy (l’excellent Exit Through The Gift Shop), ce projet faramineux avait tout du one shot : un tir précis et fatal pour nourrir de grands (d)ébats mélomanes. Et pourtant… Huit ans après le premier chapitre, l’histoire connaît désormais une suite. Baptisée ‘II – The Next Wave’, la deuxième livraison de Quakers prolonge le plaisir à travers une autre série de collaborations essentielles. À la barre de ce nouvel essai, Geoff Barrow et ses copains réunissent, en effet, un effectif paré pour briller dans tous les compartiments du jeu.

D’abord, cette équipe de rêve assure ses arrières avec quelques vieux briscards dans les vestiaires. C’est comme ça que Guilty Simpson, Jonwayne ou Jeremiah Jae gèrent l’affaire, tandis que le collectif texan The Niyat met carrément le feu à un morceau explosif (Bare Essentials). Ensuite, la dream team rassemblée sous l’écusson Quakers se projette rapidement vers l’avant grâce à ses jeunes talents. Révélations du rap au féminin (Sampa The Great) et masculin (The Koreatown Oddity, Chester Brown) jouent ici sous le même maillot et, franchement, c’est beau.

Infusée de sonorités dub et de beats soigneusement posés, soulignée d’arrangements de cordes sophistiqués, ce deuxième épisode de Quakers évoque les productions d’Adrian Younge (pour Ghostface Killah ou Souls Of Mischief), mais aussi celles de Blakroc, le projet hip-hop façonné en d’autres temps par The Black Keys. Il y a fort à parier que ce nouveau Quakers trouvera une place de choix dans la discothèque des fanatiques d’Odd Future, MF Doom ou Madlib.

Si cet article vous intéresse, alors écoutez Jam!

Jam est une radio de la RTBF disponible sur le DAB + et sur internet avec RadioPlayer, disponible sur iPhone, Android, Carplay, Android Auto et début 2021 sur Android TV. Jam se déguste sans modération, sans interruption, sans discours ou pub envahissante. Jam est une chaîne numérique, conçue à la main par des êtres humains, pour des êtres humains. On vous explique ici cmment écouter Jam sur votre radio DAB +, votre enceinte connectée ou votre smartphone.