Lewis Dice, du cloud rap entre ombre et lumière

Ancien compositeur pour le groupe québécois Maestronautes, Lewis Dice a décidé de poser sa voix sur ses productions depuis maintenant deux ans. Il vient de sortir son second EP, Sapphire, sur lequel on retrouve ses compositions aériennes ainsi qu’un flow entre slam et mumble rap.

Qu’il est bon de parfois porter son intérêt sur la scène musicale francophone d’outre-Atlantique ! On a souvent tendance à oublier que du côté de Montréal, une scène rap importante s’est développée. De l’eau a coulé sous les ponts depuis Dubmatique : on a vu l’émergence des rappeurs d’Alaclair Ensemble, des MC’s du Word Up ! ou encore de Loud, qui a gagné sa renommée en Europe ces dernières années. Aujourd’hui, on découvre un nouvel acteur de cette scène : Lewis Dice.

Des similarités avec Hamza

Après avoir sorti un premier EP l’année passée, Premier Quart, il a enchaîné avec quelques singles : À quoi tu penses ?, Pétales, et 200 Visions. Des projets globalement très trap, comme on en retrouve beaucoup sur les rives du Saint-Laurent. Il confirme donc en 2021 avec Sapphire, un projet composé de cinq titres qui prennent la direction du cloud rap, où le Québécois s’essaye même au slam, sur l’intro de Nirvana.

Celui qui fait bouger Québec tous les mois avec son événement Jeudi Booogillon, organisé en collaboration avec KNLO (membre d’Alaclair Ensemble), laisse transparaître dans son flow une forte influence de la scène mumble rap. On peut imaginer des connexions entre son flow et celui d’XXXTentacion ou de Future, mais celui duquel il se rapproche le plus, c’est sans aucun doute celui d’Hamza. Il se démarque cependant du belge par le franglais propre au rap québécois, mais surtout à cet accent qui offre une identité plutôt plaisante à cette scène nord-américaine.

Entre ombre et lumière

Pas forcément animés par l’égotrip, les textes de Lewis Dice vont plus évoquer des thèmes comme la drogue et l’amour, assez récurrents sur ce nouvel EP. Un morceau comme Charme va même lier les deux. Sur Lil Bro, on retrouve des paroles plus lourdes de sens lorsqu’il parle visiblement d’un drame concernant son petit frère. Ce qui frappe le plus, c’est cette alternance, même parfois au sein des morceaux, entre euphorie et mélancolie. “Mix le love with the hate” rappe-t-il d’ailleurs sur Vaste. L’ancien beatmaker du groupe Maestronautes a réussi à trouver son équilibre dans son introspection, entre obscurité et clarté.

Lui qui a malheureusement lancé sa carrière fin 2019 n’aura pas pu profiter réellement d’une scène depuis. Il a joué une fois au Festival d’été de Québec la même année, puis lors d’un concert de son pote KNLO. Depuis, ses jambes doivent fourmiller dans l’attente de retourner sous les projecteurs.

Quant à nous, on garde un œil attentif sur le projet de Lewis Dice, en attendant de peut-être le voir performer par chez nous, une fois que la situation se débloquera un petit peu.

Newsletter Jam.

Recevez chaque semaine toutes les actualités musicales proposées par Jam., la radio "faite par des êtres humains pour des êtres humains"

OK