La musique induit 13 émotions : la science les a compilées

Cartographie des émotions
Cartographie des émotions - © Doc.

Des chercheurs américains ont cartographié les principales émotions humaines suscitées par l'écoute de musique en Occident et en Orient. Enfin la preuve scientifique d’une forme de langage universel ?

Le premier des doctorant en neurosciences, le second est un professeur de psychologie à l'Université de Berkeley, où il dirige le Social Interaction Lab : Alan Cowen et Dacher Keltner ont mené une passionnante étude sur les émotions humaines ressenties à l'écoute de musique, auprès de deux peuples de culture fondamentalement différente : les États-Unis et la Chine.

 

Ce n'est pas la première fois que le couple sévit. En 2019, l'Université de Berkeley révélait les 27 sentiments déclenchés par la visualisation de clips Youtube. Cette fois, leur postulat est légèrement différent. On sait que la musique traverse les cultures, mais qu'en est-il du ressenti ?

 

"Imaginez une immense discothèque éclectique, organisée sur base de l'émotion suscitée, où nous avons récolté la combinaison des sentiments associés à chaque titre. Notre étude, c'est un peu cela", explique Alan Cowen.  Modus operandi : 2.500 participants (américains et chinois) ont été soumis à l'écoute de milliers de titres (rock, folk, jazz, classique, fanfare, traditionnelle, expérimentale, heavy metal).

La musique, ce sont 13 émotions universelles

Les chercheurs ont d'abord identifié 28 émotions différentes, qui ont été réduites à 13 émotions majeures. La réponse émotionnelle à chaque titre a été étudiée et classée dans l'une des catégories, allant de la tristesse à l'euphorie en passant par l'érotisme, l'énergie, l'ennui et l'euphorie.

 

Ces précieuses données ont ensuite été transcrites sur une carte audio interactive, accessible en ligne sur le site de l'Université californienne. Il suffit d'y déplacer son curseur sur l'un des extraits de musique, puis de cliquer pour accéder au clip correspondant (certains liens sont malheureusement devenus obsolètes). On peut alors, en l'écoutant, définir sa propre émotion et la comparer à celles des participants à l'étude.

 

Presque sans surprise, "Les 4 saisons" de Vivaldi suggèrent l'énergie, "Let's stay together" d'Al Green suscite la sensualité et la musique de "Psycho" évoque la peur. "Lone Digger" de Caravan Palace induit l'amusement. Quant à "Shine" de Slowdive, il s'en dégage... de l'ennui.

 

Si les participants américains et chinois se retrouvent au niveau des émotions ressenties, c'est au niveau de leur interprétation que les différences culturelles se marquent : "Des gens de culture différente peuvent être d'accord sur le fait qu'un titre est triste, mais peuvent exprimer des avis différents sur l'aspect positif ou négatif suscité par telle ou telle émotion", explique Cowen.

Du pain bénit pour le streaming et scientifiques

Les conclusions de "What music makes us feel" viennent d'être publiées dans le très sérieux journal "Proceedings of the National Academy of Sciences". Outre les débouchés industriels (notamment dans le domaine de l'audio numérique), les résultats de la recherche viendront enrichir des thérapies psychologiques ou psychiatriques. En créant une ambiance, les thérapeutes pourront provoquer des émotions dirigées, à l'aide de la musique.

 

Pour Alan Cowen, “la musique est bien un langage universel, mais nous ne prêtons pas assez attention à ce qu'il véhicule et comment il est compris”. Le doctorant confie avoir voulu effectuer franchir une première étape dans “la découverte des mystères qui entourent encore toute la palette des émotions que la musique peut susciter”.

Que ressentez-vous à l’écoute de ces trois titres ?

En vous basant sur la carte interactive publiée par l’Université de Berkeley, faites le test. Que pourraient bien vous évoquer ces trois titres, issus de la discothèque éclectique de Jam?