Khruangbin Voyage en première classe

Khruangbin
Khruangbin - © RTBF

Si Khruangbin ressemble au nom d’un plat traditionnel vietnamien, il s’agit bel et bien d’un trio texan branché sur la sono mondiale et le meilleur de la culture soul-funk. Régal pour les oreilles, leur 3ème album est, à ce jour, le meilleur moyen pour voyager librement. Sans parler du tour du monde organisé par le groupe sur sa compilation Late Night Tales : un beau trip.

Il y a deux ans, Khruangbin évoluait encore dans un certain anonymat. Perruques sur la tête et références funky dans la musique, le trio texan s’offrait du dépaysement sans bouger de son studio d’enregistrement. Le secret ? Un goût assumé pour les voyages par procuration. Bourrées de références chinées aux quatre coins du monde, les pulsions instrumentales de Khruangbin parcourent en effet l’Asie, l’Afrique ou le Moyen-Orient avec un sex-appeal désarmant. La recette est imparable. Si bien qu’en 2018, la sortie du disque Con Todo El Mundo va sérieusement modifier le plan de vol du trio. " Quand cet album est sorti, cela faisait quasi dix ans que le groupe existait ", retrace Mark Speer, guitariste et cerveau des opérations. " Nous avions déjà sorti un premier truc, un disque qui avait attiré l’attention d’autres artistes. " Parmi ceux-ci, Father John Misty ou Massive Attack invitent Khruangbin à ouvrir leurs concerts. " Cela nous a conforté dans nos choix. Nous avons donc poursuivi dans la même voie, mais avec de plus grandes ambitions. À l’heure d’enregistrer Con Todo El Mundo, nous étions sous pression. Il y avait une envie de bien faire et l’espoir d’élargir notre auditoire. En revanche, nous n’aurions jamais pu imaginer à quel point la machine allait s’emballer... "

Souviens-toi…l’été dernier

Cosmopolites et gentiment psychédéliques, les mélodies de Kruangbin (prononcez "Kroung-Bine" et traduisez "avion" en thaïlandais) relient les continents et transportent un public de plus en plus conséquent. Fabriqué selon les procédés du rock indépendant, Con Todo El Mundo déchaîne les passions et devient un véritable blockbuster. " Pour moi, ce succès ne se mesure pas au nombre de disques vendus ", indique la bassiste Laura Lee. " Le plus gratifiant ? C’est surtout de rassembler autant de gens autour de notre musique. " Fort de ses acquis, le groupe américain est revenu l’été dernier avec Mordechai, un troisième essai imaginé au lendemain d’une tournée marathon. " Pendant quatre ans, nous avons joué non-stop. C’était super. Mais l’enchaînement des concerts a laissé des traces. Psychologiquement, j’étais lessivée ", confie Laura Lee. " Je dois mon salut à Mordechai, un ami croisé dans un camping. On se connaissait à peine et il m’a invité dans sa famille Grâce à lui, j’ai réussi à remonter la pente et me recentrer. Même si aucune chanson ne parle spécifiquement de lui, son esprit traverse l’album de bout en bout. " Sur la pochette du disque, un aigle survole une chute d’eau sous un soleil de plomb. " Cette illustration est un autre clin d’œil à Mordechai ", poursuit la bassiste. " Il s’agit de son animal préféré et puis, la scène fait directement allusion à l’une de mes promenades avec sa femme et ses deux enfants. Après une longue randonnée, nous sommes arrivés sur les rebords d’une cascade d’eau. Mordechai m’a proposé de sauter de là-haut. J’ai relevé le défi. Après ce plongeon, j’ai eu l’impression d’avoir franchi un cap, d’être devenue une autre personne. "

¿Hablas español?

Transfigurée par cette rencontre improbable, la bassiste retrouve Mark Speer et le batteur Donald Johnson, alias " DJ ". Retranché dans sa planque texane, la bande enregistre alors dix morceaux baignés de rumba congolaise, de dub jamaïcain ou d’un funk flamboyant, directement importé d’Iran. Surtout, et c’est une grande première, Khruangbin met de la voix au cœur de ses pépites instrumentales. En espagnol (Pelota) ou en anglais (So We Won’t Forget), dans des échanges langoureux et stylés, façon Jane Birkin-Serge Gainsbourg (Connaissais de face), le chant de Laura Lee illumine les mélodies de Mordechai. Dans le discoïde Time (You and I), la chanteuse s’essaie même au hongrois et à l’hébreu. " C’est un clin d’œil assumé à toutes celles et ceux qui parlent ces langues ", affirme Mark Speer. " La plupart des gens ne pigeront rien à ces paroles, mais pour ceux qui les comprennent, la chanson prendra forcément une autre dimension. L’idée, c’est de rapprocher les publics, de toucher des personnes venues du monde entier. "

 

Esprit de famille

" Même si nous avons introduit du chant dans les compos, notre façon de faire de la musique ensemble n’a pas radicalement changé ", remarque Laura Lee. " Par contre, en tant que groupe, nous avons évolué. Désormais, nous sommes comme une famille. Nous communiquons au mieux sur tout ce qui nous touche de près ou de loin. Entre nous, il n’y a plus de sujets tabous. L’évolution de nos relations a vraiment nourri le processus créatif. C’est le moteur de notre nouvel album. " De quoi garantir la fiabilité de l’appareil et s’assurer quelques voyages supplémentaires.

Exploration du monde

Dans le genre, l’itinéraire proposé par le groupe sur la toute nouvelle compilation Late Night Tales vend du dépaysement à profusion. Collection confiée aux bons soins de personnalités du paysage musical, la série plante un décor apaisant, tout en révélant quelques secrets bien gardés. Après Air, MGMT, Jon Hopkins ou Bonobo, c’est donc Khruangbin qui sélectionne ses morceaux préférés. Sans surprise, les titres choisis par le trio traversent volontiers les frontières pour diffuser quelques parfums exotiques sur la platine. Dub nigérien, pop asiatique, pépite hispanique, groove latino ou rock sud-coréen fleurissent sur le mix imaginé par les Américains. Dans la grande tradition des compilations Late Night Tales, Khruangbin se fend également d’une petite reprise : une relecture personnelle du Summer Madness de Kool & The Gang. Enfin, pour conclure ce trip en première classe, le groupe révise les Gnossiennes d’Erik Satie au banjo. Histoire d’atterrir en douceur.

Khruangbin - Mordechai

Dead Oceans/Konkurrent

 

Khruangbin - Late Night Tales

LateNightTales/News

Si cet article vous intéresse, alors écoutez Jam!

 

Jam est une radio de la RTBF disponible sur le DAB + et sur internet avec RadioPlayer, disponible sur iPhone, Android, Carplay, Android Auto et début 2021 sur Android TV. Jam se déguste sans modération, sans interruption, sans discours ou pub envahissante. Jam est une chaîne numérique, conçue à la main par des êtres humains, pour des êtres humains. On vous explique ici cmment écouter Jam sur votre radio DAB +, votre enceinte connectée ou votre smartphone.