Hiraeth : 5 questions pour découvrir l’univers du producteur Drum & Bass

Vous avez peut-être déjà entendu le producteur gantois sur Jam., avec son titre In The Rain. Ce samedi, il prend le contrôle des platines de 16h à 17h. Pour l’occasion, nous avons discuté avec lui de ses inspirations, des ses actualités, et bien évidemment, de son amour pour la Drum & Bass.

Hello Hiraeth, peux-tu te présenter en quelques mots ? Qui es-tu ?

Salut ! Je m’appelle Lander Sucaet. J’ai 27 ans et je suis originaire de Gand. Je travaille comme marketeur dans une compagnie d’assurance. En parallèle à cela, je dédie une grande partie de mon temps à la musique. J’en écoute beaucoup mais j’adore en produire et en jouer sous le nom de Hiraeth.

Comment tu as débuté la musique et plus spécialement la Drum & Bass ?

J’ai découvert la Drum & Bass, il y a environ 10 ans. Avant cela, j’étais plus dans le rock. D’ailleurs, je jouais de la guitare et de la basse dans un groupe avec des potes. J’étais vraiment fan. J’écoutais tous les genres de rock. Ça allait des classiques comme ACDC et Metallica à des groupes plus nouveaux, à l’époque, comme les Arctic Monkeys et les Strokes. J’étais aussi dans le rock tendant vers le blues comme The Black Keys et The White Stripes. À partir de 2011, mon attention s'est tournée vers la musique électronique. À ce moment là, la Dubstep et la Drum & Bass étaient des musiques très écoutées en Belgique. Tu pouvais entendre des artistes comme Netsky, Nero, Skrillex, Flux Pavillon dans toutes les soirées et festivals.

Bien sûr, je connaissais la Drum & Bass avant cette période. J’étais fan de Pendulum mais je n’avais jamais cherché à plonger plus profondément dans ce style. J’ai eu le déclic lorsque j’ai écouté le premier album de Netsky. Il m’a ouvert les yeux sur un nouveau monde. Ensuite, un pote qui était un énorme fan du genre m’a fait découvrir des artistes plus underground. Je me suis mis à écouter London Elektricity, High Contrast, Calibre, Technimatic. J’étais mordu et j’ai commencé à me rendre à des événements spécialisés comme Star Warz ou Steam à Gand. C’est aussi à cette période que j’ai commencé à bidouiller dans Ableton Live. J’essayais des plug-ins et je téléchargeais des packs de samples. Voilà, c’est comme cela que ma passion pour la Drum & Bass a débuté.

Quelles sont tes influences et tes sources d’inspirations pour créer de la musique ?

Une grande partie de mes inspirations viennent des événements musicaux auxquels j’assiste. Je ressens vraiment l’envie de créer après une nuit passée à danser sur du gros son. Beaucoup d’idées te viennent à l’esprit quand tu entends des tracks en soirée et quand tu vois comment la foule réagit à ces dernières. Malheureusement, avec la situation sanitaire actuelle, ça n’est plus arrivé depuis longtemps. C’est pourquoi, il est parfois difficile d’avoir de l’inspiration en ce moment. Cependant, j’ai quand même réussi à finir beaucoup de nouveaux titres pendant le lockdown. Je suppose que c’est grâce à mon amour inconditionnel pour la Drum & Bass. Donc, je continue de créer même si je sais que je ne pourrais pas jouer mes nouveaux bébés en live tout de suite.

L’année passée, j’ai également acheté un nouveau clavier comprenant un grand nombre d’instruments virtuels (Komplete). Ça m’aide vraiment à donner une texture particulière à ma musique. Avant cela, j’étais très axé sur l’utilisation de samples. Maintenant, je crée mes sons moi-même. Tu ne sais jamais ce que va donner une session de création musicale. D’habitude, je parcours beaucoup de sons et de samples et j’attends de voir ce qui va déclencher mon inspiration. Lorsqu’elle arrive, les choses se font de façon automatique. Très souvent, tu finis avec un track qui n’est pas sortable mais parfois tu crées une pépite. Cela peut être frustrant mais c’est la façon dont ça fonctionne. La chose la plus importante, c’est de continuer à créer et de rester passionné par ce que tu fais. J’ai aussi appris que c’était bénéfique parfois de ne pas produire pendant quelques semaines et de revenir en studio l’esprit frais. Tu n’es pas obligé d’être constamment en train de faire de la musique. Le temps passé en dehors du studio est tout aussi important que celui passé dedans.


À lire aussi : Tony Allen, pour l’éternité


Comment tu décrirais les sons que tu produis ? Quelles en sont les caractéristiques ?

Je ne suis pas un adepte de la catégorisation mais si je dois la décrire, je dirais que c’est de la Drum & Bass avec un côté "Liquid" et atmosphérique. Je la dirais aussi énergique, remplie d’émotions et touchante. Évidemment, ça reste de la musique faite pour les dancefloors. Donc la ligne de basses et les percussions sont très mises en avant. J’y ajoute aussi des éléments comme des voix, des claviers, des pads et des nappes atmosphériques. Même si ma musique appartient à la dimension "Liquid" de la scène Drum & Bass, j’imagine toujours un dancefloor remplit de personnes quand je produis un track. Après tout, c’est de la musique pour faire la fête ! J’essaye également à chaque fois d'ajouter un élément unique. Cela peut-être une voix, un sample d’instruments à corde ou même des chants de chorales. Tu as besoin de cet élément dans un titre pour que les gens qui l’entendent se disent : "Ah ouais, je connais ce morceau !".

Pour finir, tu nous dis un petit mot sur tes prochaines actualités ?

J’ai quelques trucs qui arrivent. C’est pourquoi, je prends un peu de temps pour moi pour le moment. Le 28 mai, j’ai un single qui sort sur Galacy Records, la petite soeur du label Liquicity. La sortie consiste dans un morceau plus "liquid" et plus dark, j’en suis très heureux. Nous avons également une sortie prévue sur le label Shogun Audio avec le producteur russe Bert H.

Ensuite, durant l’été, quelque chose de très spécial va arriver sur Liquicity. Puis, vers la fin de l’année, des nouveaux titres arrivent également sur les labels Galacy et Liquicity. Je ne peux pas en dire trop pour le moment. Je devrais également jouer au festival Liquicity et Tomorrowland cet été. Je croise les doigts pour que cela se fasse. J’ai entendu que certains festivals allaient avoir lieu. Cela fait trop longtemps que je n’ai pas été derrière les platines. Je ne veux pas avoir d’espérances trop élevées mais on ne sait jamais !

Soundcloud :

https://soundcloud.com/hiraethdnb

Facebook :

https://www.facebook.com/Hiraethdnb

Newsletter Jam.

Recevez chaque semaine toutes les actualités musicales proposées par Jam., la radio "faite par des êtres humains pour des êtres humains"

OK