Gang of Four : Hommage XXL au post-punk

Entamée du vivant d’Andy Gill, une double compilation rassemble aujourd’hui IDLES, Tom Morello, Warpaint, 3D (Massive Attack), mais aussi Flea et John Frusciante (Red Hot Chili Peppers) autour des hymnes post-punk imaginés par Gang of Four. Entre dévotion collective et hommage appuyé à l’un des groupes les plus influents de la planète rock, "The Problem of Leisure" connecte les époques et traverse les âges. Avec l’art et la manière.

Il faut parfois du temps pour prendre la mesure de certains événements. Ainsi, en février 2020, le monde entier s’amusait encore d’improbables histoires de pangolins grillés ou servis en papillote. De l’anecdote chinoise à une pandémie planétaire, de l’infiniment cocasse au terriblement réel, il a bien fallu reconsidérer les choses, rembobiner l’histoire pour, enfin, capter l’ampleur du phénomène. Au même moment, on apprenait le décès d’Andy Gill, guitariste et pilier du groupe Gang of Four. Coïncidence ?

Gang super fort

Formé en 1977 par quatre étudiants de l'université de Leeds, Gang of Four a bouleversé l’histoire à jamais. Aussi influent que le Velvet Underground, le groupe est à l’origine de ce qu’on appellera le post-punk. C’est d’ailleurs après avoir vu les Ramones secouer le club du CBGB à New York que les Anglais décident de passer à l’action, mais à leur façon. Loin du nihilisme punk, la musique du quatuor se veut d’abord engagée et porteuse de nouvelles perspectives sociales. Banni des ondes de la BBC pour avoir osé chanter "I Love a Man in a Uniform", Gang of Four a explosé les codes et entrevu un futur non-genré. Musicalement, aussi, la proposition transcendait les styles et les idées reçues. En creusant des passages secrets vers le funk, le dub et les recoins d’un dancing sous haute tension, la guitare d’Andy Gill a préparé le terrain pour LCD Soundsystem, The Rapture ou Bloc Party. De ces jours-ci, des formations comme Squid, Shame ou IDLES dansent, elles aussi, sur les braises de ce funk chauffé à blanc.

Le juste prix

D’un point de vue commercial, l’histoire de Gang of Four est un échec cuisant. Celles et ceux qui, un jour ou l’autre, se sont procurés les disques du groupe anglais connaissent pourtant le juste prix : les albums "Entertainment!" (1979) et "Solid Gold" (1981), par exemple, valent tout l’or du monde. Pour témoigner de l’impact de ces enregistrements, mieux vaut d’ailleurs éviter les longs discours et emprunter le chemin le plus court : l’écoute attentive de "The Problem of Leisure". Cette double compilation de reprises permet aujourd’hui d’appréhender l’onde de choc générée par le quatuor. Au fil des jours, des semaines, des mois et des années, les guitares angulaires de Gang of Four ont marqué les esprits et inspiré quelques carrières...

Le poil de la bête

D’abord orchestré par Andy Gill de son vivant pour marquer le 40e anniversaire de l’album "Entertainment!", le projet de compilation a largement débordé du cadre. C’est que les disciples de Gang of Four sont bien plus nombreux que prévus. Au sommet des personnalités influencées, Tom Morello (Rage Against The Machine) et Serj Tankian (System of a Down) s’associent pour une relecture du morceau "Natural’s Not In It", là où IDLES et La Roux endossent l’hymne "Damaged Goods" via des esthétiques diamétralement opposées. Source d’inspiration assumée des Red Hot Chili Peppers, la musique de Gang of Four est aussi célébrée comme il se doit par Flea et John Frusciante, respectueux et totalement à leur affaire sur "Not Great Men". De leur côté, les filles de Warpaint s’emparent à merveille du morceau "Paralysed". Variée et éclectique, la compilation "The Problem of Leisure" voit également ressurgir Helmet, Killing Joke, Gary Numan, les Dandy Warhols ou Gail Ann Dorsey, la bassiste attitrée de David Bowie. Pour parachever cet hommage XXL, Damien Hirst vient décorer la pochette avec un drôle de petit chien en peluche : une double compile au poil.

Newsletter Jam.

Recevez chaque semaine toutes les actualités musicales proposées par Jam., la radio "faite par des êtres humains pour des êtres humains"

OK