Fifty Session : Ashley Morgan et Bergmann ont ensoleillé le parc de Bruxelles

C'est le rendez-vous de l'été des amateurs de découverte musicales. Comme l'an dernier, les "Fifty Session" investissent le Vaux Hall du parc de Bruxelles quasiment chaque mercredi pour proposer deux concerts d'artistes dans une ambiance intimiste et conviviale. Ces évènements sont accessibles uniquement sur invitation et Jam vous fait gagner des places à chaque occasion. Cette semaine on a pu rencontrer les deux artistes qui nous ont offerts de sublimes concerts. Ashley Morgan et Bergmann se sont livrés à nous.

Ashley Morgan entre mélancolie et énergie

La session a commencé en douceur sur un air très posé d'Ashley Morgan. La suite de son set a bien contrasté, c'est le moins que l'on puisse dire. L'artiste sait passer d'une vibe toute posée aux paroles tristes à un flow rap ultra énergique. Celui qui évolue maintenant en solo après avoir fait partie du projet LTGL nous livre toutes les facettes de sa personnalité. Musicien, producteur, chanteur, Ashley Morgan peut tout faire. "Je jouais de la guitare, puis j'ai commencé à produire des beats trap et expérimentaux quelques années. Ensuite j'ai arrêté quelques années pour développer ma voix et apprendre à rapper.

Inspiré par des Mr Carmack, Flying Lotus ou encore Hudson Mohawke dans ses productions, il se dit plus libre d'inspirations au niveau vocal. "Quand j'ai commencé à chanter, je n'ai pensé a aucun type d'influence. Et maintenant je pense à chanter encore plus et rejouer de la guitare."  

Ashley Morgan sera à retrouver aux Nuits du Botanique pour un concert avec plusieurs musiciens le 12 septembre prochain.  

La claque Bergmann

La deuxième artiste de cette Fifty Session était la Française Bergmann, Emma de son vrai prénom. Tout en douceur, d'une voix chuchotante, elle a su envoûter un public entier à la nuit tombante. Son univers musical, elle le décrit poétiquement, "J'aime bien aller caresser tous les genres. Je pense qu'on est le fruit de notre génération et que dans notre génération on écoute un peu de tout. Dans mon album ("No Curfew") il y a du RNB, de la pop, de la trip-hop même presque un peu de variété sur "Parfum d'été"." 

Ce n'était que son deuxième concert de l'année, depuis la sortie de son premier album donc. L'énergie et le contact avec le public était pourtant déjà bien présent. En parlant de concert et pour continuer à rêver, sa scène ultime serait d'ailleurs celle de Glastonbury pour "voguer dans le festival à la rencontre des gens et aller voir plein d'artistes après avoir chanté.

Un projet très intéressant qui est donc en pleine évolution. Autant pour développer l'univers et les décors sur scène que sur la suite musicale. "Je vais écrire tout l'été. Ressortir "Parfum d'été" avec un clip en septembre."

Newsletter Jam.

Recevez chaque semaine toutes les actualités musicales proposées par Jam., la radio "faite par des êtres humains pour des êtres humains"

OK