Dis Jam, c'est qui Margaret Glaspy ?

Margaret Glaspy
Margaret Glaspy - © Margaret Glaspy, ATO Records/PIAS.

Quatre ans après un premier album très guitare et très folk, la Californienne a quitté le Pacifique pour rejoindre New York. Changement de son, changement de ton, changement de vie. Le résultat a pour titre Devotion et s’écoute sur Jam.

La Californie : les débuts

Native de Sacramento, Margaret Glaspy a grandi à Red Bluff, petite ville au Nord de la Californie. Guitare et trombone ont été ses premiers instruments. À seize ans, elle décide de se consacrer entièrement à la guitare et à la musique, qu'elle étudiera à Boston, au Berklee College. Elle rejoint en 2010 The Fundies, un groupe à qui elle fera déjà infidélité deux ans plus tard pour se consacrer à une carrière solo, sans label et sur fonds propres. Elle livre son premier EP, Homeschool en 2012 et sort son premier album en 2016, Emotions and Math.

Margaret Glaspy - Emotions and Math

New York : l'adoption (et l’amour)

Direction la Côte Est, où l'artiste déracinée rencontre le musicien de jazz et compositeur Julian Lage. Leur relation amoureuse s'imprime d'une patte moins organique et plus sophistiquée dans un second album, Devotion, sorti le 27 mars dernier.

 

Le 23 mars, quelques jours avant que l'horreur de la pandémie s'abatte sur New York, ils publient une vidéo commune #LiveFromHome, sur Katonah.

Margaret Glaspy, Julian Lage - Katonah (Live From Home)

Devotion : la métamorphose

Avec Devotion, le rayon folk rock s'éloigne. Changement de ton, changement de cap pour la Californienne qui a aujourd’hui 31 ans. Billboard trouve les mots justes pour le décrire : "Devotion est aussi expérimental qu'il est classique, dans la mesure où il est articulé autour du désir de Glaspy d'élargir ses compétences multi-instrumentistes et sa profondeur lyrique.” 

 

Exemple emblématique ? La première plage de l'album - qui en compte 12 - l'obsédant Killing What Keeps Us Alive, que vous avez peut-être “shazamé” sur Jam.

 

"We keep living like we’ll never die

And we keep killing what keeps us alive." 

Margaret Glaspy - Killing What Keeps Us Alive

Sur cette “métamorphose” de ton et de tempo, la chanteuse s'explique joliment : "Cet album est l’opposé du précédent. Il ne cherche pas à être juste, à être omniscient. Il évoque la possibilité de laisser entrer l'amour dans votre vie, même si vous n'avez aucune idée de ce qui va se passer en le faisant. L'album parle de la dévotion à quelqu'un, à quelque chose, contre toute attente." Illustration.

Margaret Glaspy - Stay With Me (Live Session)

Interview Magazine a cherché à sonder ses influences et son actuelle "add to queue". On y piochera, au petit bonheur la chance Vespertine de Björk, Joni Mitchell, Mary Margaret O’Hara, mais aussi le fantastique compositeur minimaliste Ryuichi Sakamoto, dont elle retient Bibo No Aozora.

 

Skmt Trio - Bibo No Aozora

6 titres qu’on aime

 

Margaret Glaspy est une découverte de Jam, qui a carrément sélectionné dans sa playliste 6 extraits de l’album :

 

  • Without Him
  • Heartbreak
  • Young Love
  • Stay With Me
  • Devotion
  • Killing What Keeps Us Alive

 

Margaret Glaspy sera en concert le 11 septembre prochain au Botanique à Bruxelles. Pour suivre son actualité, ajoutez son site web officiel à vos signets. Devotion est sorti chez ATO Records.