Les guêpes sont de sortie, plus nombreuses et plus agressives

C’était il y a quelques jours, Marie-Pierre Mouligneau était en reportage pour l’émission "Quel Temps !", lorsqu’elle est prise d’assaut par les guêpes.

Le visage encore gonflé, l’ex-présentatrice de la Météo témoigne : "On faisait un sujet sur les confitures. Je les ai vues arriver puis j’ai senti qu’il en avait une sur ma joue. J’ai eu le très mauvais réflexe de remonter mon t-shirt sur mon visage et je les ai enfermées sous mon vêtement".

"J’étais comme Elephant Women"

Résultat : trois piqûres sur le front, la paupière et sur la pommette. Mais la réaction n’est intervenue que le lendemain : "Mon visage a commencé à gonfler mais le jour suivant, je me suis réveillée sans pouvoir ouvrir la paupière, le visage gonflé. J’étais comme éléphant women", sourit la journaliste.

Allergique, Marie-Pierre Mouligneau a été victime d’une sérieuse réaction doublée d’une infection. "Je suis aujourd’hui sous antibiotiques", conclut-elle.

Les guêpes sont-elles plus nombreuses ?

"Ce n’est pas qu’une impression, elles sont plus abondantes", confirme Frédéric Francis, professeur d’entomologie à Gembloux Agro-Bio-Tech. "C’est d’abord en lien avec le climat. Plus il fait chaud, plus les cycles biologiques s’accélèrent. De plus, les fruits sont aussi plus précoces en termes de maturité. Il y a donc de la nourriture à disposition et davantage de larves à nourrir, ce qui incite les adultes à sortir du nid."

Mais sont-elles plus agressives ?

"Plus il y a d’individus et plus elles sont nombreuses à se partager la part du gâteau et donc elles font effectivement preuve, parfois, d’agressivité", souligne le chercheur.

"Certains comportements humains peuvent aussi les déstabiliser. Si on essaie de les chasser ou de les écraser sans succès. Elles vont être perturbées et se montrer agressives."

Que faire ?

Pour éviter de se faire piquer, il n’y a pas de recette miracle : "Evitez de laisser les ressources sucrées à table et, au besoin, utilisez des pièges", conseille Frédéric Francis. Pour le scientifique, les répulsifs comme le marc de café brûlé, n’ont qu’un effet limité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK