Imprimer son coeur en 3D: "ce serait merveilleux"

Martine Antoine est directrice du service transplantation à l'hôpital Erasme. Voici son analyse de la prouesse présentée par des chercheurs de l'Université de Tel Aviv en Israël : imprimer un cœur en 3D sans risque de rejet. 

"L'avantage, c'est que ce coeur est fait à partir des propres cellules du patient qui est malade. Ce qui permettra d'éviter toute immunosuppression. Le patient pourra se passer des traitements lourds que représentent les immunosuppresseurs et leurs complications".

Et donc, pas de problème de rejet puisque ce sont ses propres tissus et que le patient ne va pas rejeter ses propres tissus. 

Le coeur imprimé en 3D ne bat pas encore de manière efficace

Grâce aux imprimantes 3D, les chercheurs sont parvenus à reconstruire un cœur, les 4 chambres et les principaux vaisseaux qui irriguent le muscle cardiaque. Ils ont utilisé comme encre de l'imprimante un tissus humain appartenant au patient, en y mettant des cellules. "Ces cellules sont redevenues des cellules cardiaques avec une contraction mais le problème, c'est que toutes ces cellules n'ont pas une contraction synchrone. Et donc, ce cœur ne bat pas de manière efficace. Pour que ce soit efficace, il faudra encore une dizaine d'années de recherches". 

Il faut encore trouver un moyen de synchroniser le battement de ce coeur, soit par des celulles nerveuses, soit par l'utilisation d'un pacemaker externe qui permettrait que toutes ces cellules se contractent en même temps.

Une dizaine d'années de recherche sont encore nécessaires

Cette prouesse scientifique n'est donc pas encore pour tout de suite mais Martine Antoine y voit une formidable perspective d'avenir à terme. 

"Quand on aura un patient en attente de greffe cardiaque, avec ses propres cellules, on pourra lui reconstruire son propre cœur dans un délai d'un mois. Un cœur à l'identique, la même taille et la même carte immunitaire. Donc sans rejet. Ce serait merveilleux".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK