Réparer un appareil électrique, une mission de plus en plus souvent impossible?

Les bricoleurs et bricoleuses dans l'âme l'ont pour la plupart expérimenté. Réparer un appareil électrique aujourd'hui est de plus en plus souvent un parcours du combattant. Rien n’est fait, la plupart du temps, bien au contraire parfois, pour rendre nos appareils réparables. Conséquence : on jette beaucoup plus et même si le déchet est recyclé, toute la filière qui va de la fabrication au recyclage, en passant par les transports est très énergivore. Plus de déchets, c’est donc l’environnement aussi qui paye la note finale. Plongée dans notre monde de la surconsommation avec une tentative de réparation de brosse à dents.

C'était une matinée qui avait pourtant débuté comme toutes les autres, mais, devant mon miroir de salle de bain, après avoir pressé sur l'unique bouton du manche de ma brosse à dents, soudain, rien! Ou du moins, à la place des vibrations qui habituellement contribuent à mon réveil, un simple témoin rouge clignotait. Je l’ignorais encore, mais c’était le point de départ d’une véritable aventure au pays de l’obsolescence. Un parcours semé d’embûches s’ouvrait à moi avec comme seul objectif "réparer ma brosse à dents électrique" !

Ce témoin rouge indique apparemment une faible charge de la batterie, pourtant elle est sensée avoir rechargé toute la nuit. Je retente… Rien n’y fait. La batterie serait-elle morte ? Après sept ans d’usage quotidien, c’est probable. Mais comment la changer ? Sur la coque du manche, je ne trouve aucune vis. Dans le mode d'emploi, je ne lis aucune indication pour démonter la brosse ou changer la batterie.

Un bon d'achat ou un bon d'achat

Après ce premier obstacle, je me rends en caméra-cachée au service après-vente de l’enseigne où j’ai acheté cette brosse. "Vous avez deux solutions : soit, ça va être un bon d'achat directement, ou soit, ça va devoir repartir au centre de réparation agréé de la marque qui eux vont constater le problème et vous feront un bon d'achat." Donc sous garantie, c’est d’office un bon d’achat pour une nouvelle brosse et la poubelle pour la défectueuse. Mais après les deux ans de garantie, quel choix s’offre à moi ? "Si je ne me trompe pas, ça va vous coûter, d'entrée de jeu 61 euros... Enfin, 62 euros et 50 centimes." Ce montant ne couvre que le devis. Avec les frais de transport, la réparation pourrait me coûter plus cher qu’une nouvelle brosse à dents. 

"Vous me conseillez quoi, vous ?" demandais-je alors à l'employé du service après-vente. "Moi, personnellement, je vois ça, mais je vois qu'elle coûte actuellement 99 euros. Je ne remettrais pas 62,50 euros. Moi, je jouerais la sécurité sur ce coup-là." Je repasse par le rayon. Un modèle semblable neuf coûte en effet une centaine d’euros. Une neuve, en plus, serait sous garantie deux ans. Mais, après ce deuxième obstacle, je ne renonce pas à ma vieille brosse à dents. Je décide de me rendre dans un service de réparation de la marque. Me voyant arriver avec ma brosse-à-dents, un homme à l'accueil me dit : "Ce n'est pas chez nous. On fait Braun, mais on fait Braun Kitchen (électroménager)." J’ai déjà assez dépensé de carburant. Cet homme me donne un numéro vert. J’appelle et m'entend répondre : "Le devis est payant. C'est 40 euros. Ce sont les frais d'expertise et les frais d'administration." Ajouté à ce montant, le trajet jusque Liège juste pour un devis, sans aucune garantie de réparation, ça dissuade une nouvelle fois de réparer.

Just do it yourself

Me vient alors l’idée d’un bon plan : les repair cafés. Je vais, avec l’aide d’un passionné, tenter de la réparer moi-même. Autre bon plan : les tutoriels. Nous en trouvons un sur internet. Mais après ouverture de la coque, surprise, les obstacles à la réparation sont encore nombreux : la batterie est soudée et fermement emprisonnée dans un enchevêtrement de plastique et de fils. Avec beaucoup de patience et de persévérance, enfin, nous parvenons à extraire la batterie. Il va nous falloir maintenant en retrouver une identique, mais les complications se poursuivent. Nous ne trouverons sur la pile ou sur l'appareil, aucune indication sur le type de pile à racheter. Malgré tout, je parviens à en trouver une dans un magasin spécialisé. Elle coûte 20 euros. Je remonte l’ensemble avec délicatesse… Et là… suspense… Toujours rien… le changement de batterie a pourtant été bien effectué. Le signal lumineux le prouve. Serait-ce donc le chargeur qui serait défectueux ? Je teste la recharge sur un autre socle prêté par une collègue… Bingo ! Ça fonctionne. Penchons-nous dès lors sur le chargeur pour le réparer, me disais-je alors confiant... mais là... ultime obstacle. Le système électrique est complètement noyé dans une masse de plastique. La réparation est strictement impossible. Un nouveau chargeur me coûterait 53 euros (43 euros de chargeur plus 10 euros de frais de transport). J’en trouverai un d’occasion. Jusqu’au bout donc, la tentation de troquer ma vieille brosse contre une nouvelle aura été intense.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK