Paintball indoor ou outdoor? On a testé

Importé depuis les États-Unis vers l'Europe dans les années 80, les origines du paintball remontent en Australie. En effet, c'est au pays des kangourous et des koalas, dans les années 70, que des éleveurs eurent l'idée de marquer leurs bétails avec des lanceurs de peinture. Un jour, deux personnes se tirent dessus! Le paintball est né. Chez nous, il y a des paintballs dans toutes les régions, des professionnels et des non professionnels. Quatre jeunes hommes: Théo, Basile, Baptiste et Louis, ont testé deux types de paintballs professionnels. L'un en salle, l'autre dans la nature. Voici leur verdict.

Commençons par celui en plein air Fullface Paintball, situé au pied du château de Chérimont, près d'Andenne. Comme partout, il y a des règles à respecter. Xavier Postelmans, le propriétaire, est à cheval pour la sécurité des joueurs, il est catégorique: "Lorsque vous êtes sur le terrain, le casque doit rester en permanence sur le visage. Si vous levez, vous pouvez avoir un œil crevé, une joue perforée, cela ne pardonne pas. Vous devez tirer à plus de dix mètres de votre adversaire car les billes sortent du fusil à très grande vitesse: environ du 220 à 250 km/h mais attention, c'est la vitesse calculée à deux mètres. Comme le projectile est lourd, la vitesse est réduite à 100 km/h".

Écologique?

Toutes ces billes perdues sont-elles bonnes pour la nature? Xavier Postelmans, de Fullface Paintball, assure que oui: "Dans les années 80, les billes n'étaient pas écologiques, maintenant, elles le sont à 100%. La composition de la bille est "secrète" car chaque marque de bille a son procédé de fabrication. La bille se compose d'eau, de colorant alimentaire, de graisse animale ou de colza. Les animaux les mangent. Ils ont un peu la coulante mais ce n'est pas mauvais pour eux". Basile, un des joueurs, est méfiant: "Il faudrait vérifier si c'est vraiment écologique car sinon, laisser dans la nature des petits morceaux de plastique, ce n'est pas top".

Verdict?

Les jeunes ont bien aimé ce "faux village" construit sur un terrain de 10 000 mètres carrés mais il est très escarpé. Attention aux foulures des chevilles. Il faut mettre des grosses bottines! L'espace est grand, par contre, comme nos testeurs mesurent plus d'1m90, ils ont trouvé les ouvertures et cachettes un peu petites pour leur taille.

Cher?

Les tarifs moyens de tous les professionnels outdoor : 25 euros pour deux heures de jeu avec 200 billes, 40 euros pour trois heures de jeu avec 500 billes, 55 euros pour six heures de jeu avec 1 000 billes. Forfait de base indoor: 25 euros comprenant tenue, protection, matériel de jeu, assurance, moniteur et les 100 premières billes. On propose un forfait de 100 à 500 billes et de 25 euros à 45 euros. "C'est cher, estiment nos jeunes joueurs, mais cela en vaut la peine".

Outdoor? Différent?

Dans cette salle Paintball expérience de 2 000 mètres carrés située près de Dinant, on peut pratiquer par tous les temps. "En indoor, on consomme moins de munitions car on peut tuer sans tirer" explique le patron des lieux, Patrick Boxus. "On ne peut pas tirer à moins de sept mètres et surtout pas mettre des rafales à travers une fenêtre de container, ou si vous êtes juste à côté de votre "ennemi". Là vous le touchez ou vous criez "Touché" et c'est bon, votre adversaire est K.O. Pas besoin de tirer une balle". Plus facile à dire qu'à faire: "On reçoit plus de rafales ici en indoor, car les balles se perdent moins dans la nature." Ici, décor, vêtements, tout est militaire, mais surtout ne pas parler d'armes. Patrick Boxus n'aime pas cela: "C'est un jeu, c'est fun: on parle de marqueurs, de tireurs, pas de fusils. Ce sont des jouets et ils cassent".

Indoor ou outdoor? 

La sentence est irrévocable! Voici la note de nos quatre héros du jour: 9/10 pour le paintball indoor. 7,5/10 pour le paintball outdoor. Pourquoi? "L'indoor est plus rapide, plus physique. Il y a plus d'adrénaline, des surprises et les décors et "déguisements" militaires nous permettent plus d'être dans l'ambiance" avouent nos testeurs.

Législation?

Le paintball est un divertissement "actif" pour le SPF Economie, il existe donc un cadre légal quant à son implantation et même son existence. L’Asbl Want pour "Wallonie Attraction Nature et Tourisme " considère le paintball comme une activité nature et touristique, au même titre que l’accrobranche par exemple. Cette asbl regroupe un grande nombre de professionnels et est soutenue par la Wallonie. L’ADEPS ne l’a pas encore reconnu comme une discipline sportive mais le Speedball est une réelle discipline sportive reconnue par l’ensemble des professionnels et des pratiquants. Il y a d’ailleurs des championnat du monde de speedball.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK