On s'est évadés de la prison des Dalton

Ou plutôt on s'est transformés, l'espace d'une heure, en ces célèbres bandits maintes fois arrêtés par Lucky Luke. Vêtus des habits de prisonniers jaunes et noirs, nous avons soixante minutes pour nous évader de prison en emportant un butin. C'est le principe de l'Escape Room que nous avons testée en plein cœur de Bruxelles.

Le concept de ce type de jeu est souvent identique mais les scénarios varient selon les lieux. Ainsi, toutes les Escape Room proposent de résoudre des énigmes, ce qui permet de progresser dans l'aventure. Le temps est compté et la collaboration de tous les participants est requise. Car le fait de jouer en petits groupes (souvent de trois à cinq) est aussi synonyme de succès et d'amusement.

Une mode venue de l'Est

Le jeu d'évasion grandeur nature (real-life room ; escape games, en anglais) a été inventé il y a une dizaine d'années au Japon. Après y avoir connu un grand succès, il s'est exporté, d'abord aux Etats Unis, puis plus récemment en Europe. Les Hongrois sont friands de ce type de jeu et il y a près de 200 Escape Rooms en France. Chez nous, les salles de jeu sont aussi de plus en plus nombreuses et on en retrouve dans toutes les grandes villes. Bien entendu, c'est à Bruxelles qu'elles sont les plus abondantes et le phénomène de mode ne fait que croître. Ainsi, chez Escape Prod, où nous avons essayé "L'évasion des Dalton", le but serait de disposer de sept salles au sein d'un même immeuble. Ce qui relève de la gageure puisque pour réaliser un bon jeu, il faut non seulement un scénario crédible, mais aussi une technique d'avant garde. Autour de la prison reconstituée, les électriciens ont disposé pas moins d'un kilomètre de câbles, ce qui permet aux nombreux mécanismes de fonctionner. Mais la technologie est aussi au service des exploitants. Car les joueurs ne sont jamais seuls et livrés à eux-même. Ils sont en permanence suivis par le biais de micros et de caméras. Ainsi, en cas de blocage sur une énigme plus compliquée, ils peuvent toujours recevoir un petit coup de pouce des organisateurs.

Le jeu qu'on ne pratique qu'une fois

Si "L'évasion des Dalton" se veut familial, d'autres jeux d'évasion se destinent principalement à un public adulte, vu la complexité des énigmes proposées. Certains joueurs sont devenus de véritables spécialistes, sillonnant le monde à la recherche de nouvelles salles. Car c'est le désavantage du concept : une fois qu'on s'est échappé d'une salle, il est impossible de retenter la même aventure. Chaque Escape Room dispose de son scénario immuable et le charme n'opère plus quand on résout deux fois une même énigme. Cela justifie peut-être le coût de ce type de jeux. En fonction du nombre de joueurs, il faut prévoir un budget moyen compris entre vingt et trente euros par personne. C'est le prix d'une heure d'aventure dépaysante, en laissant de côté son GSM pour souder des liens avec ses partenaires de jeu.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK