Mobilité bruxelloise: rien ne va plus ! Non, mais…

Les tunnels s’écroulent, l’idée d’instaurer un péage urbain réapparaît, le RER n’arrivera pas dans la capitale demain. Bruxelles est en perpétuel chantier. Bref, La Mobilité bruxelloise est un sujet brûlant dont tous les navetteurs et habitants parlent. Les ministres tentent de trouver des solutions. Nous avons décidé de mettre au défi deux artistes bien de chez nous ! Jean-Luc Fonck, le fondateur du groupe Sttellla et l’humoriste hennuyer Freddy Tougaux. A bord de leur bolide, en pleine circulation, ils nous donnent leurs visions de la mobilité et quelques solutions épiques.

Premier défi ! Le hennuyer Freddy Tougaux et Jean-Luc Fonck, l’Arlonais d’origine mais bruxellois depuis plus de 30 ans doivent arriver au plus vite devant le Palais de Justice, place Poelaert en passant par le boulevard Général Jacques et l’avenue Louise mais sans emprunter les tunnels…

En pleine heure de pointe, Freddy décide de passer par la place Meiser mais il ralentit très vite. Et oui ! Depuis la suppression du viaduc Reyers, les voitures passent au compte-goutte pour aller rejoindre le rond-point Montgomery. Jean-Luc Fonck décide de passer par un autre quartier mais là ce sont les feux qui le bloquent.

Mais notre chanteur philosophe : "Si tu ne t’arrêtes pas, tu ne vois pas ce qu’il y a autour de toi. Cela fait partie du voyage et comme cela tu vois les paysages."

Freddy le provincial panique car il a perdu la voiture de Jean-Luc et comme il ne connaît pas bien la ville … et puis à La Louvière, où il vit :" il n’y a pas de problème de tunnel, nous ce sont les mines et là en bas, il n’y a pas d’embouteillage. A Bruxelles vaut mieux voyager en commun, enfin, seul mais en commun ou alors à vélo mais il faut une solide assurance car c’est dangereux !"

Le Belge est philosophe

Freddy talonne Jean-Luc depuis le départ de la course et place Stéphanie, il décide de faire cavalier seul pour le meilleur ou pour le pire.

Mais pas de chance, il n’avance pas avenue de la Toison d’or et c’est Jean-Luc qui arrive 4 minutes avant lui. Ils ont parcouru 11 kilomètres en 50 minutes, soit une moyenne de 13km/h.

Le challenger a même une idée : "Ce serait bien de mettre un écran géant, un drive in, avenue Louise comme cela les gens seraient même triste qu’il n’y ait plus d’embouteillages car ils ne verraient pas la fin du film."

Notre perdant venu tout droit de La Louvière ne râle même pas : "Cela roulait assez bien, je suis étonné. Si on fait cela tous les jours, on doit s’habituer, non ? Le Belge est philosophe."

Comment rouler mieux ?

Deuxième défi : direction gare du Midi en passant non loin de la bourse et donc du célèbre piétonnier, histoire de voir si la circulation est fluide. Ils prennent chacun des chemins très différents. Sans GPS, Freddy demande son chemin à plusieurs reprises mais ne se perd pas… Jean-Luc passe par mille et une petites rues mais au final se retrouve piégé car il doit rebrousser chemin à cause de sens interdits. Pendant leurs pérégrinations Jean-Luc rêve : "Pour qu’on roule plus facilement, il faudrait supprimer les bus, les trams, les trains et aussi les piétons. Ce serait génial, on pourrait rouler avec les voitures sur les trottoirs…"

Freddy lui a une autre idée : "Il faudrait supprimer les voitures mais c’est utopiste ! Non, pourquoi ne pas construire des téléphériques partout dans la capitale."

Un péage urbain ?

Et si, on leur propose un péage urbain pour pénétrer dans Bruxelles, le hennuyer s'insurge : "C’est dommage Bruxelles deviendra capitaliste. On ne viendra plus voir les Bruxellois." Le Bruxellois est plus pragmatique : "Pourquoi pas et puis cela peut être une solution pour les tunnels bruxellois. Sur les grandes fissures, tu colles les billets et cela devient comme du papier mâché. Pour les petits trous, tu mets les pièces."

Résultat de la deuxième course. Cette fois c'est Freddy qui est arrivé 4 minutes avant Jean-Luc! Ex-aequo donc. La vitesse moyenne était seulement de 9 km/h.

Une chose est certaine, dans Bruxelles, on n'avance lentement mais sûrement et on se demande comment certains arrivent encore à faire des excès de vitesse.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK