Manque de puissance dû au dieselgate : nous avons mesuré

En septembre 2015, l'affaire du dieselgate éclate au grand jour. Le groupe Volkswagen a installé sur ses véhicules un logiciel truqueur, qui détecte quand une voiture est en phase de test, afin de fausser les résultats. Des millions de voitures sont concernées et une vaste campagne de rappel est lancée afin de reprogrammer ces moteurs. En Belgique, ce retour en atelier n'est pas obligatoire mais il s'accompagne de petits gestes commerciaux, comme une prime supplémentaire pour un futur achat ou une garantie étendue sur les vannes EGR et les injecteurs. Mais à la suite de ces reprogrammations électroniques, de nombreux automobilistes se plaignent à présent d'un manque de puissance de leur voiture.

La puissance n'est pas en cause

Difficile évidemment d'avancer des preuves puisque la plupart des gens concernés se basent sur leur expérience de conduite, et non sur des faits avérés. D'ailleurs, sur les forums automobiles, on trouvera autant de personnes déçues que satisfaites, sans compter ceux qui avouent n'avoir constaté aucune différence.

Pour en avoir le coeur net, nous avons mesuré puissance et couple d'une VW Golf 6 avant et après reprogrammation. Le 1.6 TDI annoncé à 105 ch en développe en réalité 102,7. Ensuite, cette même voiture est partie en concession afin d'être mise à jour par Volkswagen. Une gosse heure plus tard, nous l'avons récupérée pour la passer à nouveau au banc de puissance. Le verdict fut sans appel, la voiture a gagné 11,5 chevaux ! Le couple, c'est à dire la force du moteur qui permet d'offrir ou non de bonnes reprises, était également en progression mais plus haut dans les tours. Le moteur est donc devenu plus performant, à part à très bas régime.

Nous avons réalisé la même opération avec une Skoda Octavia disposant du même moteur. Lors de son premier passage au banc de puissance, elle a affiché un joli 107,5 ch. Trois heures plus tard, après la reprogrammation, elle est montée à 112,4 ch. Plus impressionnant, le couple a gagné près de 10% (de 257 à 274,5 Nm) sans trop affecter les bas régimes.

Rarement des pertes de puissance

Chez PowerConcept, où nous avons testé les voitures, on ne se montre pas plus étonné que cela des résultats. Une hausse de quelques chevaux a été plusieurs fois constatée devant experts. Car certains propriétaires de voitures impliquées dans le dieselgate ou certaines compagnies d'assurance demandent à réaliser un test identique. Pour l'instant, aucune perte de puissance n'a été signalée. Alors comment expliquer ce sentiment de mollesse constaté par quelques conducteurs ? Si l'effet psychologique joue beaucoup, on peut aussi noter un éventuel décalage des courbes, ce qui signifie un peu moins de pêche aux très bas régimes moteurs. Il semble que cela soit accentué avec les boites automatiques qui ont tendance à changer très vite de vitesse afin de moins consommer.

La réaction de Volkswagen

Nous avons informé la marque allemande de nos résultats. La réponse de Jean-Marc Ponteville, le responsable communication pour la Belgique, est pour le moins étrange. Selon lui, la reprogrammation n'a aucune influence sur la puissance et ne fait ni gagner, ni perdre des chevaux ou du couple. Nos résultats seraient influencés par toute une série d'éléments : la pression atmosphérique, la température, le fonctionnement de divers dispositifs comme le filtre à particules, etc..

Il est clair qu'une voiture homologuée pour une certaine puissance ne peut subir de modification qui s'apparenterait de près ou de loin à du tuning.

En tout cas, nos relevés sont formels : s'il ne nous est pas possible d'effectuer une mesure des rejets polluants, celle de la puissance est bel et bien à l'avantage du consommateur. Cela devrait rassurer les propriétaires concernés par le dieselgate.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK