Institut de beauté ne rime pas toujours avec propreté

Quand on remet son corps entre les mains d'une esthéticienne dans un institut de beauté, on s'attend à être reçu dans un endroit impeccable. Seulement voilà, dans certains instituts, la propreté laisse à désirer...

Une téléspectatrice, Véronique, nous a alertés sur le sujet. Elle est une habituée des centres esthétiques. Même au sein des enseignes les plus connues, nous dit-elle, l'hygiène n'est pas toujours au rendez-vous. Sols pas nettoyés, tabliers des esthéticiennes défraîchis... Un jour, après une épilation des jambes, Véronique a carrément développé une infection. "Des boutons purulents", explique-t-elle, sans doute dû au fait que la pince à épiler, utilisée pour peaufiner le travail, n'était pas désinfectée. Selon Véronique, le manque d'hygiène est un problème récurrent dans les instituts de beauté.

Aucun contrôle

Qu'en est-il vraiment ? Évidemment, Les pigeons ont voulu vérifier les dires de Véronique ! Nous avons testé des instituts de beauté.

Pour être honnêtes, la plupart du temps, les cabines de soin où nous avons été reçus étaient dans un état impeccable. A chaque fois, l'esthéticienne se lavait les mains avant de s'occuper de nous. Dans l'un de ces centres, elle nous affirmé que les serviettes étaient bien lavées après le passage de chaque client. On ne peut que la croire et, dans l'ensemble, rien ne nous a paru suspect.

Jusqu'à ce que nous nous rendions dans un institut de la capitale. La première impression fût... un peu désastreuse ! Les coussins recouvrant certains sièges étaient très sales. Et que dire des tabliers des esthéticiennes ! De toute évidence, ils n'avaient pas vu un tambour de machine à lessiver depuis très longtemps ! Pour le soin, nous avons été invités à nous rendre au sous-sol. La cabine se trouvait dans une cave peu avenante. Le sol paraissait plus ou moins propre. En revanche, la serviette sur laquelle nous avons dû nous installer ne nous inspirait guère confiance. Ici aussi, pourtant, l'esthéticienne nous a assuré que le linge est nettoyé après chaque soin.

Malgré la qualité du soin reçu, nous avions des doutes. Mais, encore une fois, nous n'avons pu que croire l'esthéticienne sur parole : nous n'avions aucun moyen de vérifier. Et c'est bien cela le problème avec les instituts de beauté : ils échappent à tout contrôle car les pouvoirs publics n'organisent, dans ce secteur, aucune inspection d'hygiène comme il en existe dans l'horeca ! Seuls les tatoueurs font l'objet de contrôles. Bizarre. Car les soins esthétiques, eux aussi, peuvent parfois poser des problèmes sanitaires... 

Du côté du SPF Santé, ils nous expliquent ne pratiquer aucun contrôle parce que les soins pratiqués chez une esthéticienne comporteraient peu de risques pour la santé. Et pourtant, les pédicures ou les manucures peuvent entraîner de petits saignements. Ces soins doivent être réalisés avec du matériel stérile pour éviter toute contamination d’un patient à l’autre.

A ce jour, aucune plainte n'a été déposée à l’encontre d’un centre d’esthétique pour manque d’hygiène. Une seule pratique pose problème et elle a d'ailleurs été déconseillée : la pédicure via des petits poissons mangeurs de peau.

Une formation adaptée

Rassurons-nous : les esthéticiennes reçoivent une formation en matière d'hygiène. Chez Lise Loriot, une célèbre école d’esthétique bruxelloise, l’hygiène représente 24 heures de cours sur une année de formation. D’après la co-directrice que nous avons contacté, les mesures d’hygiène essentielles restent le nettoyage des mains après chaque client, la stérilisation des outils, favoriser les sets à usage unique et utiliser du linge propre.

La plupart des centres d’esthétiques sont très attentifs à ces règles ! Beaucoup d’esthéticiennes sont indépendantes, elles doivent donc jouer leur réputation sur ce genre de choses. Une cliente mécontente peut en faire perdre plusieurs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK