Bien au chaud sous la couette, oui mais comment bien la choisir ?

Bien au chaud sous la couette, oui mais comment bien la choisir ?
Bien au chaud sous la couette, oui mais comment bien la choisir ? - © Tous droits réservés

Qu'est-ce qu'on est bien sous la couette ! Surtout en hiver quand il fait froid dehors et qu'on est bien au chaud avec juste le bout du nez qui dépasse ... Mais toutes les couettes sont-elles aussi chaudes ? Comment choisir la couette idéale ? Nous avons comparé trois couettes d'hiver, des couettes réputées "chaudes", vendues en grande distribution ou dans des magasins spécialisés. Nous les avons testées en laboratoire, mais aussi chez une téléspectatrice qui a accepté de se prêter au jeu ...

Il existe deux grandes "familles" de couettes : les "naturelles", en duvet d'oie ou de canard et les "synthétiques", composées de fibre polyester. Ces dernières sont de loin les plus répandues sur le marché. Chez Plumka, fabricant belge de couettes et d'oreillers installé à Linkebeek, on nous explique que les couettes en fibre synthétique représentent 90 à 95% des ventes, le duvet 5 à 10% seulement. Nous nous sommes donc intéressés essentiellement aux couettes synthétiques.

Qu'est-ce qui fait qu'une couette est plus ou moins chaude ?

Qu'il s'agisse d'une couette synthétique ou en duvet, c'est le grammage qui va déterminer le pouvoir isothermique de la couette. En ce qui concerne la fibre polyester, on estime qu'une couette d'hiver affiche un grammage de 400 à 500gr/m² et conviendra pour une chambre où règne une température de 12 à 13°. Si votre chambre est chauffée à 18°, un grammage de 300-350gr/m² devrait suffire. Cela correspond à une couette "mi-saison". Lorsque la température ambiante est supérieure à 18°, une couette d'été avec un grammage de 200-250 gr/m² constituera le bon choix. Le mode de fabrication influencera aussi le pouvoir isothermique de votre couette : plus la fibre sera gonflante, c'est à dire plus elle contiendra d'air entre les fibres, plus la couette sera chaude. L'air est en effet le meilleur isolant qui soit.  

Et le prix ?  

La couette la plus chère sera-t-elle forcément la plus chaude ? Pour le savoir, nous avons demandé à une téléspectatrice de tester trois couettes - trois couettes d'hiver qui annoncent des performances identiques. Leur prix varie par contre : les deux premières sont vendues en grande distribution : 55 euros pour la première, 100 euros la deuxième. La troisième est vendue en magasin spécialisé et coûte 150 euros. Isaline, notre téléspectatrice, les a testées pendant une semaine. Verdict : "Je n'ai pas constaté de différence majeure" explique-t-elle. "J'ai aussi bien dormi avec les trois, et j'ai eu aussi chaud avec les trois". Lorsqu'on lui demande néanmoins de faire un choix, Isaline donne la préférence à la troisième couette, la plus chère, qu'elle trouve plus moelleuse et offrant donc une sensation plus agréable. 

Testées en laboratoire

Ça, c'était pour le ressenti. Mais nous avons voulu objectiver le test en laboratoire ... On a pratiqué le test du Skin model, un test qui reproduit les sensations de notre peau ... Un échantillon a été prélevé sur chacune de nos couettes. Il est ensuite placé dans une machine contenant une plaque chauffée à 35° et qui reproduit les sensations de la peau. Cette plaque est couverte par un échantillon de chaque couette et placée dans une ambiance à 20°. L'énergie nécessaire au maintien de la température de la plaque à 35° est ensuite mesurée et permet de déterminer le pouvoir isothermique de chaque couette. Résultat : sur la plus haute marche du podium, la couette la plus chère (à 150 euros) est aussi la plus chaude. Vient juste derrière, la moins chère (à 55 euros). Elles sont d'ailleurs presque ex-æquo : moins de 2% de différence. Sur la dernière marche du podium, la couette à 100 euros est par contre loin derrière les deux autres avec 20% de chaleur en moins. C'était aussi la couette la plus fine. Ce qui confirme que le gonflant et le moelleux de la couette peut faire toute la différence.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK