Avatar, avatar, est-ce que j'ai une gueule d'avatar?

Vous connaissez ça : vous êtes tout content quand vous recevez les vêtements que vous avez achetés en ligne... Et tout furieux, une demi-heure après, quand vous vous rendez compte que ce n'est pas la bonne taille.

Selon un des grands acteurs du secteur, le taux de retour avoisinerait les 50% dans certaines régions d'Europe. Et 64% de ces retours seraient dus à une taille incorrecte.

130 caméras pour flasher

La solution se trouve peut-être dans un zoning industriel aux portes de Nivelles. C'est là que Treedys, une start-up belge fondée en 2015, met au point la cabine d'essayage virtuel. Vous entrez, vous vous faites flasher en une fraction de seconde par 130 caméras, et quelques minutes après, vous recevez, à votre adresse mail, le lien vers votre avatar 3D. Et, plus important, le serveur de Treedy's a pris 250 mesures et a l'essentiel de vos mensurations.

Comment ça marche ?

Cédric Cauderlier, responsable marketing de la société (en même temps, ils ne sont que trois à y travailler) explique comment on pourra utiliser cet avatar quand on ira sur un site de vente en ligne partenaire de Treedy's:

  • Vous aurez un logo Treedy's sur le site. En vous connectant (avec login et mot de passe pour assurer la confidentialité des données), vous récupérerez votre modèle 3D. D'un côté, vous aurez toute vos mensurations, et, de l'autre, la marque aura rentré toutes les dimensions de ses vêtements. On va donc pouvoir très facilement faire la correspondance entre les vêtements qui ont une certaine taille et votre profil pour dire "voilà l'ensemble des vêtements disponibles sur le site à votre taille". D'où une diminution des risques de renvoi.

Il faut sortir pour pouvoir rester chez soi

La version définitive de la cabine ne devrait pas être plus grande qu'une cabine d'essayage normale. Mais on est en droit de se demander quel est l'intérêt d'un tel système : ce qu'il y a de bien avec la vente en ligne, c'est ce qu'on ne doit pas sortir de chez soi. S'il faut quand même aller dans un magasin ou un centre commercial pour se faire mesurer, autant acheter directement sur place, non ? La réponse de Cédric :

  • Ce qui se passe aujourd'hui, c'est que, à un moment ou un autre, si vous vous trompez dans la taille, vous devez rendre ce paquet, donc vous devez quand même vous rendre quelque part. D'où une répétition d'expériences négatives. Tandis que l'idée ici, c'est de vous scanner une seule fois et de réutiliser à chaque fois votre avatar pour commander en ligne. Puisque vous serez sûr de la taille, vous ne devrez plus sortir.

Big Brother is watching your mensurations

N'empêche : déjà que, avec les réseaux sociaux, le big data sait tout de ma vie, de mes opinions et de mes amis, maintenant, il va également tout savoir de mes mensurations ? Cédric Cauderlier se veut rassurant :

  • L'idée, c'est de ne pas partager les données qu'on a collectées ou de les mettre à disposition de tel ou tel site ou de telle fonctionnalité. Vous restez maître de vos données, et c'est vous qui décidez de les utiliser pour acheter en ligne sur tel ou tel site. C'est vous qui l'autorisez à comparer ces données. Mais le site marchand ne pourra jamais les collecter.
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK