On a testé Streetco, le GPS pour piétons et personnes à mobilité réduite

Si vous êtes automobiliste, vous connaissez Waze. Ce GPS participatif a supplanté bon nombre de ces rivaux car en plus d’indiquer la route, il signale bon nombre d’événements et de danger qui jalonnent votre parcours. Et cela fonctionne parce qu’à l’instar de Coyote, Waze s’est doté d’une vaste communauté d’utilisateurs qui interagissent en permanence pour signaler les événements en temps réel.

Alors, ce qui fonctionne sur les routes est-il transposable sur les trottoirs ? C’est en tout cas la promesse de Streetco.

Une bonne idée, mais…

Streetco s’adresse avant tout aux piétons et aux personnes à mobilité réduite (PMR). L’application permet de se déplacer d’un point à un autre en signalant également les dangers. Travaux en cours, pavés descellés, trottoirs glissants mais aussi les magasins et autres lieux accessibles ou non aux PMR sont supposés être renseignés. Pour que ce soit le cas, il faut que d’autres utilisateurs de l’application aient pris un peu (voire beaucoup) de temps pour le faire. Et c’est là où le bât blesse. Car si des milliers d’automobilistes utilisent quotidiennement un GPS, c’est beaucoup moins le cas avec les piétons. Et les étrangers perdus dans de grandes villes ont plutôt tendance à se rendre sur Google Maps que sur Streetco. Donc la communauté Streetco reste pour l’instant très limitée, en tout cas trop limitée pour permettre à l’application d’être réellement utile. D’autant que signaler un danger ou un lieu accessible est un peu fastidieux car cela nécessite d’indiquer l’endroit, le type de danger, la description du lieu ainsi que le partage éventuel d’une photo. D’autant qu’un danger pour une personne en chaise n’en est peut-être pas un pour un aveugle ou une personne valide avec poussette pour enfant.

Et pourtant, il y a de quoi faire

Signaler en temps réel tous les travaux et tous les dangers d’une ville comme Bruxelles, ainsi que les lieux et commerces accessibles ou non, demanderait des mois de travail pour des centaines d’utilisateurs. Sans compter que par définition, ces événements évoluent. Certains disparaissent quand d’autres apparaissent. Pour Miguel Gerez, directeur de l’asbl AMT (Accessibilité et Mobilité pour Tous), l’idéal serait de se passer de ce type d’application. Si les autorités publiques incluaient systématiquement une réflexion sur l’accessibilité aux PMR lors de tous travaux, ce qui ne semble toujours pas être le cas. Pour preuve, Miguel nous emmène sur la place de Brouckère nouvellement restaurée. Les trottoirs se veulent modernes mais les pavés utilisés présentent un relief qu’il est bien difficile de surmonter en chaise roulante. Heureusement, l’application Streetco le mentionne à présent, depuis que nous-même l’avons signalé. C’est d’ailleurs l’un des rares lieux bruxellois répertoriés à l’heure actuelle sur l’application.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK