Les nouvelles applications qui facilitent la mobilité automobile

Circuler et se garer dans une grande ville européenne relève souvent du parcours du combattant. Entre les zones de basses émissions interdisant les véhicules les plus polluants, les zones de parking gratuit, payant ou avec disque, difficile de s'y retrouver. A moins bien sûr de posséder un smartphone sur lequel on aura installé une kyrielle d'applications d'aides à la mobilité. Nous avons testé quelques-unes des plus récentes...

Green-Zones, pour identifier les zones de basses émissions

Londres, Paris, Francfort... Mais aussi Bruxelles, Anvers et Gand font partie de ces villes de basses émissions (LEZ, pour Low Emission Zone). Mais qui peut y circuler? Avec quel modèle de voiture ? Faut-il une vignette ? Et si oui, où se la procurer ?

Green-Zones fournit gratuitement tous ces renseignements pour cinq pays européens. Les explications sont complètes et elles indiquent même les montants des amendes. Mais le véritable plus est la possibilité d'acheter directement en quelques clics les vignettes nécessaires, moyennant un petit supplément tarifaire. Une seule application qui évite bien des tracas si on n'a pas été assez prévoyant.

cPark, pour trouver les parkings gratuits

Une fois en ville, le calvaire de l'automobiliste commence. On a coutume de dire qu'un véhicule sur trois circulant à Bruxelles cherche une place de parking. Il existe plusieurs applications qui trouvent des places, parfois chez des particuliers, mais l'application cPark est un peu différente. Elle cartographie de nombreuses villes (mais pas toutes) en représentant chaque rue avec un code couleur. Vert pour la gratuité, orange pour les stationnements payants, rouge lorsque le prix est élevé ou encore bleu pour les places gratuites à condition d'apposer le disque de stationnement. Toujours intéressant de découvrir que si l'on se déplace de quelques dizaines de mètres, on peut éviter de prendre un ticket à l'horodateur.

De plus, vous pouvez signaler à la communauté d'utilisateurs la présence d'un contrôleur et vous-même être averti de son arrivée imminente. Mais comme c'est participatif, la fiabilité n'est pas garantie...

BiPass, le paiement simplifié en Région bruxelloise

Ici, point d'application mais une tentative régionale de regroupement des moyens de paiement. Car dans les commune de la Région de Bruxelles-Capitale, il est possible de payer son stationnement via des applications. Le problème est que les communes travaillent avec des fournisseurs de services différents. Pas de Whoosh! à Schaerbeek mais bien Yellowbrick. Pas de 4411 à Ixelles mais bien OPnGo... L'utilisation de ces applications était donc fort limitée jusqu'à présent. Mais la plateforme BiPass, lancée par Parking.brussels (agence de stationnement de la Région) est en train d'uniformiser le paysage. Pour l'heure, quatre communes (Molenbeek, Anderlecht, Evere et Jette) acceptent les cinq plus grands acteurs du secteur, sans exclusive. D'ici la fin de l'année, trois autres communes devraient participer et, à terme, toute la Région permettra l'utilisation de n'importe laquelle des cinq applications de paiement : les quatre précitées ainsi que Parkmobile.

S'il s'agit d'un pas important vers ce que l'on appelle la "Smart City", la ville connectée, c'est aussi un moyen de paiement un peu plus onéreux puisque chaque stationnement est majoré de quelques centimes pour financer les sociétés qui développent ces applications !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK