Le permis moto a de plus en plus la cote

D'accord, il ne s'immatricule bon an, mal an que vingt cinq mille moto et scooters de plus de 125 cc alors qu'on dépasse les 500.000 voitures. Mais le parc global de motos ne cesse d'augmenter en Belgique, pour frôler la barre du demi million de deux-roues motorisés. Non seulement l'offre de modèles n'a jamais été aussi pléthorique, mais les problèmes de mobilité favorisent également un changement de comportement. On ne passe plus son permis moto simplement par pure passion, mais aussi parce qu'on n'a pas trouvé de moyen de transport plus efficace dans les embouteillages. Ainsi, l'an dernier, c'est 24.000 permis motos qui ont trouvé preneur, soit une augmentation de 70 pour cent par rapport à la situation d'il y a dix ans.

Trois permis, pas le même succès

En 2013, le permis moto a été réformé en Belgique pour se calquer sur le modèle européen. On ne doit d'ailleurs plus dire "le" permis moto, mais "les" permis. Car l'Europe a voulu un apprentissage progressif en fonction de l'âge du candidat. Logique d'éviter de mettre des monstres de parfois plus de deux cents chevaux dans les mains d'un pilote inexpérimenté... A 18 ans, l'aspirant motard ne peut prétendre qu'au permis A1, lui autorisant la conduite d'un deux-roues de 125 cc. A 20 ans, c'est le permis A2 qui lui tend les bras. Il permet de rouler sur des motos à la puissance limitée (47 ch). Enfin, à 24 ans ou après deux ans de permis A2, le permis A offre la possibilité de rouler sur tout type de moto. Bien entendu, lors de chaque demande de permis, il faut effectuer un examen pratique et suivre un minimum d'heures de moto-école. On ne va pas rentrer dans les détails complexes mais le site internet www.lepermismoto.be en explique les nombreuses subtilités.

Selon les chiffres du Service Public de Wallonie, puisque la formation aux différents permis a été régionalisée, le permis A1 n'attire pas grand monde. En 2019 (chiffres arrêtés au premier décembre), seuls 339 permis avaient été délivrés. Dans le même temps, ils étaient 1154 pour le permis A2 et près de 7400 pour le "gros" permis A. La plupart des gens préfèrent donc patienter et ne passer qu'un seul permis au lieu de suivre la filière complète. C'est que le permis moto coûte cher !

Un sacré budget à prévoir

En fonction du nombre d'heures de moto-école, des éventuels cours théoriques, des frais d'inscription aux examens théoriques puis pratiques et des possibles échecs, il est difficile de descendre sous les 700 euros pour obtenir un permis. Un bon millier d'euros serait plus proche de la réalité. Sans compter l'équipement de protection obligatoire (casque, gants) ou recommandé (blouson, pantalons et chaussures spécifiques) et, bien entendu, le prix d'achat de la moto elle-même. Mais il est vrai que les tarifs des motos sont nettement plus abordables que ceux d'une voiture, à condition d'éviter le haut de gamme. 

Alors qu'il y a quelques années, la moto était utilisée essentiellement dans un but ludique ou récréatif, les mentalités évoluent donc vers une recherche de solution de mobilité. L'augmentation du nombre de permis, la représentation de plus en plus marquée des femmes motardes ainsi que le succès des machines basiques et des scooters semblent le confirmer. Mais il reste de la marge pour rattraper les voitures car elles sont toujours onze fois plus nombreuses sur nos routes que les motos, voire bien d'avantage en saison hivernale. Il s'agit pourtant du meilleur moment pour passer son permis A, car c'est la saison creuse, sans trop d'attente pour suivre les formations.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK