Des caméras thermiques pour scanner les passagers à l'aéroport de Charleroi

Depuis la fin mars, il n'y a plus âme qui vive à l'aéroport de Charleroi. Les avions sont cloués au sol et le personnel en grande partie au chômage pour force majeure. Mais une lueur d'espoir pointe à l'horizon...

Les premiers vols sont attendus pour le 15 juin, ce qui laisse le temps de préparer les lieux.

Alors, bien entendu, on a condamné des chaises, fermé les aires de jeux, installé des pompes à gel hydroalcoolique et même pulvérisé un produit de décontamination efficace contre le Covid-19... Mais depuis ce mercredi, un autre système a été installé, et c'est une première en Belgique : la caméra thermique.

Tous scannés !

Comme on s'attend à une lente reprise des activités, le terminal 2 restera fermé. Tous les passagers au départ de Charleroi devront donc passer par le terminal 1 et la tente de contrôle qui a été installée devant.

Dès l'entrée dans cette structure, tous les passagers seront scannés à l'aide d'une caméra thermique.

Elle est capable d'identifier chaque visage dans un flux ininterrompu de personnes. Car il n'est évidemment pas question de prendre chaque passager individuellement et provoquer ainsi de longues files d'attentes. La caméra affiche en temps réel la température et envoie trois types de signaux aux opérateurs qui visualisent l'écran. Vert si la température corporelle est sous les 37°, orange entre 37 et 38° et rouge au-delà. 

Si par malheur vous dépassez la limite de 38°, vous serez pris en charge par la Croix-Rouge qui vous fera alors un deuxième contrôle, plus précis. Car la caméra présente des faiblesses : elle n'est ainsi précise qu'à un demi-degré près, ce qui peut poser quelques problèmes à ce niveau. 

Si le deuxième test confirme que votre température corporelle est trop élevée, vous devrez aller voir un médecin et serez interdit de vol.

Il ne s'agit que d'un filtre parmi d'autres mais fortement conseillé, pour ne pas dire imposé, par les compagnies aériennes.

Nous avons contacté Brussels Airport afin de savoir si un tel système y serait aussi déployé mais il est encore trop tôt pour l'affirmer. La porte-parole de l'aéroport nous a confirmé que des discussions à ce sujet ont lieu pour l'instant, mais qu'aucune décision n'a encore été prise. Charleroi est donc pionnier en la matière en Belgique.


►►► À lire aussi : Le PDG de Ryanair répond à nos questions !


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK