Carfixer, l'application qui vous trouve le (bon) carrossier

Imaginez que lors d'une marche arrière en voiture, un poteau traverse subitement la route. Ou qu'une branche d'arbre ait poussé très vite au moment ou vous passiez... Des situations fréquentes qui provoquent immanquablement un coup ou une bosse sur la carrosserie. Si on veut éviter de faire fonctionner son assurance omnium, ou si on n'en dispose pas, on tentera de trouver un réparateur abordable pas trop loin de chez soi. Et si on n'en connait pas ou qu'on à peur de se faire rouler, on peut passer par Carfixer

Trois photos, trois devis

Le principe de fonctionnement de l'application est simple. Il suffit de prendre trois photos des dégâts et de les envoyer à Carfixer via l'application mobile. Dans leurs bureaux bruxellois, des spécialistes procèdent à un premier tri. Si le dossier est validé, il est envoyé à une série de carrossiers partenaires dans un rayon de 25 km. Les trois premiers devis reçus sont alors proposés à l'automobiliste qui pourra faire son choix. Si la majorité opte pour le moins cher, ce n'est pas toujours le cas. Certains carrossiers offrent peut-être des services supplémentaires, comme un véhicule de remplacement, sont mieux notés que d'autres ou simplement plus proches du domicile. Il est bien entendu qu'il ne s'agit que de devis et que l'application ne vous oblige nullement à procéder à la réparation.

Des carrossiers sélectionnés

Pour l'instant, Carfixer travaille avec près de 130 carrosseries triées sur le volet. Elles doivent être agréées par les grandes compagnies d'assurances et présenter certaines garanties de sérieux. Elles sont également toutes visitées par les concepteurs de l'application, dont l'un est ancien carrossier lui-même. Le but est bien entendu de rassurer le client et d'éviter les plaintes en cas de réparations mal faites ou de devis non respectés. Pour les carrossiers partenaires, il s'agit d'une vitrine supplémentaire sur le digital et cela attire quelques nouveaux clients, même si on ne se bouscule pas encore au portillon. "En six mois de temps, on a fait une dizaine de voitures pour près de 40 devis", nous explique Pierre Kahia, patron d'une grande carrosserie située à Anderlecht. "Ce n'est pas beaucoup, mais ça amène un peu d'eau au moulin car le travail se raréfie."

Comme l'application est gratuite pour les utilisateurs, ce sont les carrossiers qui contribuent au financement. Ils payent quelques euros par mois pour être sur la plateforme et un tout petit pourcentage du montant de la réparation en cas de gain du dossier.

Pour l'automobiliste, le processus permet au moins de se faire rapidement une idée des coûts éventuels. Tout en sachant qu'on parle ici de petites réparations évaluées uniquement sur bases de quelques photos. Et si les travaux se révèlent plus conséquents que prévus, aucune intervention ne peut se faire sans l'accord du client.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK