12 000 euros de primes pour une voiture électrique en France, rien en Belgique !

Des voitures neuves en attente de livraison. Comment relancer le marché automobile ?
3 images
Des voitures neuves en attente de livraison. Comment relancer le marché automobile ? - © Tous droits réservés

C'est le montant faramineux auquel ont à présent droit nos voisins français dans le cadre d'un achat de voiture électrique.

Le président Macron a annoncé, dans son plan de relance de l'industrie automobile, que la prime pour un véhicule électrique passait à 7000 euros pour le particulier et 5000 pour les sociétés.

A ce montant maximum, si le prix du véhicule est inférieur à 45.000 euros, peut s'ajouter la prime à la conversion d'une vieille voiture polluante. Selon les revenus des ménages, et si ces derniers optent pour une nouvelle voiture électrique, elle peut atteindre 5000 euros. Une Peugeot e-208 devient ainsi moins chère que ses équivalents essence ou diesel.

Chez nous, on ne voit rien venir

Bien entendu, le plan de relance français est destiné à soutenir une industrie phare qui emploie 900.000 personnes et dont les constructeurs nationaux ont décidé d'investir massivement dans les véhicules électriques et hybrides. Une prime de 2000 euros pour ces derniers a d'ailleurs aussi vu le jour.

En Belgique, inutile de rappeler que nous n'avons aucun constructeur d'importance, même si 100.000 personnes sont employées dans ce secteur d'activité. Alors, concrètement, il n'y a rien de prévu pour l'instant.

En Belgique, pour l'achat d'une voiture électrique, seules les taxes de roulages sont réduites ou annulées, en fonction des régions. 

Petite lueur d'espoir dans la grisaille, l'ensemble du secteur va entamer des discussions avec les autorités (le fédéral et les régions) afin de proposer quelques pistes de relance du marché sous forme d'aides aux particuliers. Parmi les pistes envisagées, une prime à la reprise des voitures les plus polluantes est mise en avant. Cela permettrait de combiner incitants économiques et écologiques. Mais aucune décision n'est attendue à très court terme.

En attendant l'Europe...

Le salut viendra peut-être de l'Europe. L'ACEA, la fédération des constructeurs européens, souhaite un investissement dans le domaine des voitures "vertes" et une accélération de l'implantation des deux millions de bornes de recharge. Selon l'agence Bloomberg, l'Union Européenne réfléchirait à la suppression de la TVA sur les voitures "zéro émission". Une mesure forte mais malheureusement pas confirmée pour l'instant. Imaginez le sourire de nos voisins d'outre-Quiévrain qui pourraient encore économiser quelques milliers d'euros supplémentaires ! Ils n'en sont pas encore là et en Belgique, on est surtout nulle part...