Se soigner par les plantes : oui, mais pas n'importe comment !

Depuis toujours l'homme s'est soigné avec les plantes. Dans de nombreux monastères il y avait des jardins consacrés aux plantes médicinales. Beaucoup de médicaments actuels viennent directement de l'expérience des anciens.

Le médicament le plus connu est l'aspirine. Connaissez-vous son origine ? Hippocrate utilisait déjà des feuilles de saules pour lutter contre la fièvre car elles contiennent de la salicyline. On utilisait aussi la reine des prés, une fleur de la famille des spirées. Là aussi on trouve de l'acide salicylique. La société Bayer en a isolé le principe actif 1899, sous la dénomination "aspirin". Ce nom provient du latin "a spiraea" signifiant "qui provient de la spirée".
Il y en a des centaines, la sauge antibactérienne, la menthe pour les maux de gorge, la camomille , si vous voulez des détails un site intéressant c'est Wikiphyto, il les décrit toutes.

On a dépassé les tisanes de grand mères

Dans la phytothérapie ancienne, on utilisait la partie intéressante de la plante en tisane, en décoction, en emplâtre et l'efficacité des plantes dépendait des récoltes, de la météo, de l'ensoleillement, du type de terrain. Aujourd'hui les principes actifs sont recueillis de façon scientifique. La Phytothérapie moderne utilise seulement les plantes médicinales dont les effets sont fondés sur des preuves scientifiques. Prenons l'exemple du millepertuis contre la dépression légère, on a fait des études en double aveugle qui ont montré qu'il était efficace.

En plein essor

La phytothérapie est en plein essor. En Belgique elle est enseignée dans des instituts privés, mais en France ou en Angleterre elle est enseignée dans des universités et fait l'objet de diplôme officiel. En Allemagne, la phytothérapie fait partie intégrante du programme de formation des médecins Elle est reconnue par l'Organisation mondiale de la Santé.

Un mot d'ordre : prudence

On se souvient de cette fameuse plante chinoise pour maigrir qui dans les années 90 avait fait pas mal de victime. Aujourd'hui l'Union européenne définit des critères plus sévères pour l'utilisation des médicaments à base de plante. Mais ce 'est pas parce que les plantes sont naturelles qu'elles sont sans danger.

Contacté par nos soins, le professeur Jacquemin qui enseigne la phytothérapie à Paris, nous dit qu'elle est un complément intéressant, mais ce n'est pas une médecine seule. Il rappelle qu'il faut demander toujours conseil à un médecin formé en la matière, il peut toujours avoir des interactions ou des contre-indications.
Donc pas d'automédication.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK