Pailles en maïs, carton, bambou, inox... le choix est vaste pour éviter le plastique

Chez nous, l'horeca utilise 62 millions de pailles par an. Ajoutez la consommation des ménages, cela fait beaucoup. Mais vous l'avez sans doute déjà remarqué, on est déjà en train remplacer ces pailles. On trouve déjà très facilement des pailles biodégradables en maïs, carton, bambou... Le choix est vaste.

Et il ne faut pas aspirer plus fort... C'est uniquement psychologique, car la colonne d'air pour aspirer garde le même volume. Rassurez-vous, cela ne va pas vous ruiner. Et puis il faut choisir, soit on fait un petit effort, soit on laissera une planète en mauvaise santé à nos enfants. Les pailles en maïs se transforment en compost au bout de six mois. Il y a aussi les longs macaronis, ceux-ci sont déjà utilisés dans un café bruxellois. Il y en a de toutes les tailles, creuses comme des pailles tout à fait adéquates pour un cocktail ou une boisson rafraîchissante à la maison.

Les pailles en pâte n'ont pas de goût particulier, elles restent dures et se transforment en compost au bout de quelques mois. Il y en a d'autres aussi qui se réutilisent. Si vous êtes 100% nature ou si vous voulez avoir l'air un peu zen, il y en a en bambou très joli, là aussi des gros et des très fins. Il y en a aussi en inox réutilisables. 

Les pailles, aussi appelées "chalumeaux"

Ce n'est pas compliqué à laver, certaines sont vendues avec de petites brossettes et c'est très facile à utiliser, les nettoyer ne prend que quelques secondes. 

Les pailles sont aussi appelée "chalumeaux" car à l'origine, elles étaient faites en paille. Mais ce n'était pas très solide. On n'utilisait pas de paille de blé trop sèche et fragile, mais de la paille de seigle coupée avant l'apparition des grains. Elle était souple, on pouvait la couper sans problème. Séchée, elle durcissait et cela fonctionnait très bien. On s'en servait aussi pour le cannage des chaises. Aujourd'hui, en refaire coûterait trop cher en main d'oeuvre. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK