Vous ne triez pas vos déchets? Gare aux fouilles-poubelles

Depuis 2010, le tri sélectif est obligatoire à Bruxelles : papiers et cartons dans le sac jaune, conserves et bouteilles en plastique dans le sac bleu. Pourtant, certains se refusent à cet effort. Pour les démasquer, l'agence Bruxelles-Propreté a créé, il y a quelques années, une brigade de quatre hommes. Leur mission? Collecter de manière aléatoire des sacs blancs, avant le passage des collectes ordinaires, histoire de vérifier que le tri est bien fait.

4 heures du matin

Mustafa,Salah et Rachid commencent leur journée de travail. En un peu moins de deux heures, ils vont ramasser près de deux tonnes de déchets, soit quelque 500 sacs poubelles blancs. Vous savez, les sacs censés n'accueillir que les déchets alimentaires et ménagers non-recyclables. Sur chaque sac, ils notent soigneusement l'adresse où ils l'ont ramassé.

Le produit des fouilles dans les caisses

En cinq ou six ans, le coordinateur de l'équipe est formel : il n'y a pas une rue, pas un clos, pas une strotje de la région capitale qui n'ait reçu la visite de son service. Pendant que vous dormez, ils prennent vos poubelles pour en analyser le contenu.

Comme une erreur est toujours possible, ce n'est qu'à partir de trois objets mal placés que le processus de verbalisation se met en marche. "L'idée, explique Michel Chauvaux, coordinateur de la Recherche et de la Verbalisation de l'Agence, n'est pas de pénaliser ceux qui trient mal, mais bien ceux qui ne trient pas du tout."

Amende salée

Ce matin là, dès le premier sac, les résultats sont concluants : bouteilles en plastique, boîte de conserve et imprimés publicitaires abondent. Le refus de tri est manifeste. Sauf que le propriétaire de cette poubelle y a laissé un courrier avec ses noms et adresse. A défaut d'un indice aussi flagrant, une enquête est parfois nécessaire. Et on risque quoi? Benoît Van De Velde, contrôleur, répond :

" Là, c'est une amende de 75 euros. S'il y a du verre, on est intransigeants : deux emballages en verre dans le sac et on grimpe à 150 euros. "

D'étranges objets

C'est que le verre est responsable de pas mal de blessures chez les éboueurs. A ces montants, il faut encore ajouter une amende, qui peut aller jusqu'à 625 euros. A propos, Benoît, c'est quoi l'objet le plus étrange que vous ayez trouvé dans vos fouilles?

" Disons qu'on a des objets sexuels assez rocambolesques, voire franchement monstrueux. Sinon, on trouve aussi parfois des armes ou, malheureusement, aussi des animaux morts. "

Trafic transrégional

Bref, c'est pas toujours Poubelle la Vie. Autre souci pour l'agence, les habitants de la périphérie qui achètent des sacs bruxellois pour les remplir chez eux et les déposer discrètement à Bruxelles. Les sacs-poubelles des communes de la périphérie coûtent jusqu'à 2 euros. Certains trouvent donc plus économique de venir jeter leurs déchets à Bruxelles. Mauvaise idée : l'amende sera plus salée parce qu'il est interdit de traverser une frontière régionale avec des déchets.

Amélioration?

Il est dix heures du matin, les PV s'accumulent. Ça veut dire que le Bruxellois n'a pas encore acquis le réflexe du tri? Alain Martens, responsable Recherche et verbalisation, estime que la situation s'améliore : il y a de moins en moins de PV dressés. Les efforts de communication de l'agence portent leurs fruits. Mais il reste ce qu'il appelle "un carré d'irréductibles".

- Quand on arrive là, on remplace la voix de la raison par la voix de l'autorité. Et on sanctionne.
- Mais votre rêve, ce serait...
- De ne plus devoir faire ce travail !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK