Une nouvelle vie pour les anciennes églises désacralisées

Imaginez un bâtiment de cinquante mètres de long sur vingt de haut. Imaginez un clocher, un cœur et des vitraux. Imaginez maintenant 500 personnes en train d'y danser sur des airs de techno. Inconcevable ? Pas vraiment puisque c'est déjà une réalité.

À Bruxelles, le Spirito est une ancienne église anglicane des années 1870. Abandonnée pendant très longtemps, elle a été désacralisée et a servi d'arrière-boutique à un magasin de vêtements. En 2007, des entrepreneurs décident de lui rendre son lustre d'antan en la rénovant de fond en comble. Mais pas question pour autant qu'elle redevienne un lieu de culte. Dès le départ, l'idée est claire : on va la transformer en restaurant et boîte de nuit. Un concept novateur, mais qui, depuis six ans, attire la grande foule.

Brasserie, logement ou magasin : les églises aussi se convertissent

Avec la diminution de fréquentation et la fusion des communes, de nombreuses églises sont abandonnées. En concertation avec les conseils de fabrique d'église (organe mixte entre les représentants de l’Église et des communes, qui gère les bâtiments catholiques), un évêque peut très bien décider de désacraliser une église. On y retire alors les symboles religieux et on rend le bâtiment à la vie civile. Il peut être détruit, mais la tendance actuelle veut qu'on le vende à qui propose un projet respectueux des lieux. Ainsi, à Malonne, la chapelle du Piroy vient d'être transformée en brasserie, par deux voisins désireux de conserver l'édifice. On y brasse depuis ce mois de mars la première bière, non d'abbaye, mais de chapelle, au sens propre du terme : la Philomène, du nom de la sainte patronne des lieux.

En plein centre de Namur, l'église Saint-Jacques a été transformée l'an dernier en magasin de vêtements, de la marque néerlandaise Scotch & Soda. Mais ici, comme le bâtiment est classé, le mobilier religieux a du rester, ce qui confère une ambiance quasi surréaliste à l'endroit.

A Tournai, l'église Sainte-Marguerite a été transformée en appartements de luxe. A Malines, l'église des Frères mineurs est devenue un hôtel quatre étoiles en 2009. A Berchem, The Jane, vient d'être désigné plus beau restaurant du monde. Il est, lui aussi, installé dans une ancienne église. On le voit, les exemples sont nombreux.

Certains s'offusquent, mais pas l’Église

Souvent, lors d'une reconversion d'églises, des voix se lèvent pour dénoncer ce qui est considéré comme un sacrilège. Parfois, des recours en justice sont intentés. Pourtant, l’Église catholique elle-même encourage les reconversions de ses édifices. Pour Tommy Scholtès, porte-parole de la Conférence épiscopale de Belgique : "Mieux vaut une réaffectation qu'un chancre, mais dans le respect de la mémoire des lieux". D'autant que c'est bien la collectivité qui paye pour l'entretien des bâtiments religieux.

Et quand elles sont désacralisées, ces églises redeviennent des constructions de pierres et de briques comme les autres, avec juste ce petit cachet d'originalité en plus.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK