Puissance des voitures: les constructeurs nous auraient-ils menti ?

Ce RAV 4 n'affichait que 137 des 150 ch. promis par le constructeur.
Ce RAV 4 n'affichait que 137 des 150 ch. promis par le constructeur. - © Flickr - RL GNZLZ

En Wallonie et à Bruxelles, la puissance des voitures intervient dans le calcul de la taxe de mise en circulation. La fameuse TMC. Cette puissance, exprimée en kilowatt (KW), est inscrite sur les documents fournis par les constructeurs. Et notamment le certificat de conformité. Mais est-on certain que les voitures respectent cette puissance, et que l'on paye le juste montant?

C'est la question que s'est posée le propriétaire d'une Toyota RAV 4 de 150 chevaux (1 KW vaut 1,36 ch). Il trouve rapidement que son véhicule semble un peu mou et décide de tester sa voiture dans un centre spécialisé. Bilan chiffré: le moteur ne délivre que 137 des 150 annoncés. Nous avons testé deux autres véhicules identiques et avons obtenu des résultats similaires: une diminution de 8 à 9 % par rapport aux valeurs annoncées.

Cas isolé ou pratique généralisée?

Bien entendu, la mesure de puissance sur banc à rouleaux ne reflète pas l'homologation officielle. Le test se déroule en laboratoire agréé et ne porte que sur le moteur, pas sur le véhicule et dans des conditions précises de température, d'humidité, etc. Il est donc logique d'observer des différences. En toute logique, celles-ci devraient apparaître dans toutes les marques automobiles.

Pourtant, la Volkswagen Golf, la Skoda Octavia, la Ford C-Max, la Citroën C4 Picasso et la BMW série 5 que nous avons testées n'ont jamais dépassé les 4% de différence. Le banc de puissance n'est donc pas à incriminer !

Toyota embarrassé...

Contacté par nos soins, le constructeur nippon n'a pu apporter d'éclaircissement. Selon Toyota, il est logique que la puissance soit inférieure à celle annoncée. C'est la garantie que la valeur maximale n'est pas dépassée. En se basant sur ses enquêtes internes, Toyota nous a répondu que certains de ses concurrents pouvaient atteindre une différence de 14 %. Donc, avec 8 à 9 %, Toyota estime être dans la moyenne. Quoi qu'il en soit, les moteurs incriminés viennent d'être remplacés sur le modèle 2016 que nous n'avons pas eu l'occasion de tester.

Heureusement, dans le cas du propriétaire de la Toyota RAV, la différence de puissance n'aurait rien changé au montant de la TMC. Mais pour d'autres constructeurs ou d'autres moteurs, il est parfaitement possible que les propriétaires aient payé trop de taxes. Seul un passage au banc d'essai pourrait le déterminer.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK