Levure de riz rouge : complément alimentaire ou médicament ?

La levure de riz rouge, vous connaissez ? C'est un produit qui permet de contrôler le taux de cholestérol dans les cas non problématiques. Actuellement c'est un complément alimentaire et cela pourrait devenir un médicament. Tout cela fait l'objet d'une polémique. D'un côté, le Conseil supérieur de la santé et Test-Achats insistent pour que cela devienne un médicament ... d'un autre, la ministre de la Santé et l'Agence des médicaments qui, sans fermer la porte à cette possibilité, permettent aux producteurs de levures de riz rouge de commercialiser ces produits en tant que compléments alimentaires.

On trouve la levure de riz rouge en pharmacie et en parapharmacie. Il n'est pas nécessaire d'avoir une ordonnance pour l'acheter. Elle est présentée comme un produit naturel. Une boîte coûte environ 25 euros et ça n'a pas que des effets secondaires sur le portefeuille comme nous le confie une pharmacienne: " C'est quand même comme un dérivé d'une statine. Vous pouvez donc avoir des douleurs dans les muscles et des choses comme ça. Mais en général, c'est quand même beaucoup mieux toléré que le médicament, qu'une statine". Ces produits à base de riz rouge ont en effet la réputation d'avoir les mêmes effets que les statines utilisées dans les médicaments prescrits par les médecins. Voilà certainement une des raisons pour laquelle le Conseil supérieur de la santé a rendu un avis sans équivoque : cette levure doit être considérée comme un médicament à part entière. Jean Nève, président du Conseil supérieur de la santé précise :" Au départ, c'est une substance naturelle mais elle contient des principes actifs qui sont déjà enregistrés comme médicaments. Si on veut être logique, on considère que tout produit qui contient ces substances sont des médicaments, c'est-à-dire qu'ils ont besoin des garanties offertes par les médicaments en terme de pureté du produit, en terme d'efficacité et en terme d'effets secondaires".

Le pivot : 10mg

Pour la ministre de la Santé, ces produits peuvent être considérés comme des médicaments mais seulement s'ils ont plus de dix milligrammes de monacoline K, le principe actif de la levure rouge. Jusqu'à 10 mg, ils peuvent être considérés comme des compléments alimentaires. Cette décision est critiquée par Test-Achats qui ajoute sa voix à celle du Conseil supérieur de la santé. L'association de consommateurs met en avant une récente étude italienne qui démontre les risques la levure de riz rouge. "Elle montre, ajoute Julie Frère, porte-parole de test-Achats, qu'on peut avoir des effets indésirables du style douleurs musculaires, des troubles digestifs, des troubles hépatiques, également des réactions cutanées assez fortes. On a même relevé un cas de destruction du tissu musculaire et certaines personnes ont même dû être hospitalisées. Ce sont des effets indésirables importants donc je pense qu'il faut vraiment revenir sur la conception qu'ont les gens de la levure rouge comme étant un simple produit inoffensif".

Et à l'Agence fédérale des médicaments?

Et à l'agence fédérale des médicaments qui soutient les recommandations de la ministre de la Santé, on a entendu parler de cette étude ? Réponse de Coline Wellemans, porte-parole de l'Agence fédérale des médicaments : "L'étude est sortie après la publication des recommandations. Pour le moment cette étude est en lecture auprès des experts. Elle fera l'objet d'analyse et de discussions par les autorités compétentes".

De toute façon qu'elles soient considérées comme médicament ou pas, les levures de riz rouge, selon les pharmaciens que nous avons rencontrés, ont des effets secondaires possibles. Et si vous êtes tenté par le produit, un dernier conseil d'un pharmacien : "Prenez ceci pendant trois mois et refaites une prise de sang dans trois mois".

Vous l'avez compris : pour éviter de passer en pharmacie ou en parapharmacie pour acheter des produits qui réduisent votre cholestérol, il faut d'abord prendre soin de son alimentation. Et s'il y a un problème, dans tous les cas : consultez votre médecin !  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK