Les bougies parfumées sont elles nocives pour notre santé ?

Fascination du feu, chaleur de la flamme, les bougies n'ont pas leur pareil pour créer l'ambiance. Et si en plus elles sont parfumées, elles deviennent un moyen idéal de créer une atmosphère aux senteurs tantôt pétillantes, tantôt relaxantes, en fonction de notre humeur du moment.

Mais si ces bougies parfumées sont souvent associées à une idée de bien être, il faut savoir qu'elles peuvent avoir un effet néfaste sur notre santé. Selon le Dr Maud Deschampheleire, pneumologue et allergologue au CHR de la Citadelle à Liège, le phénomène de combustion a déjà, en lui même, un effet irritant sur les voies respiratoires. Les parfums contenus dans ces bougies jouent un rôle irritatif supplémentaire.  

Allergiques : gare aux parfums

Il faut savoir que les parfums comptent parmi les allergènes les plus puissants. Les personnes qui y sont sensibles peuvent développer une allergie de contact rien qu'en manipulant ces bougies, explique encore le Dr Deschampheleire. On peut donc imaginer que ces allergies de contact peuvent se manifester aussi sur le plan respiratoire, en plus de l'effet irritant. 

Un étiquetage peu explicite

D'autant plus qu'il est difficile de savoir ce qui entre exactement dans la composition de ces bougies. L'étiquetage est souvent peu voir pas du tout explicite. Les secrets de fabrication sont bien gardés. Certains fabricants insistent sur le côté pur et naturel des composants de leurs bougies, mais sans plus de précisions.   

Des émanations de CO, de CO² et autres substances réputées cancérigènes

Une bougie qui présente des composants plus sains, c'est un bon début, mais ça ne résout pas tout. Le problème, c'est la combustion directe. Autrement dit, la flamme provoque des émanations d'eau, mais aussi de dioxyde de carbone et de monoxyde de carbone à faible dose, certes. Mais la température de la flamme est inégale et la combustion souvent incomplète. Un phénomène qui entraîne toute une panoplie de réactions chimiques plus inquiétantes.  Là où la température de la flamme est moindre, on va observer la création de molécules de benzène par exemple, et autres microparticules dont certaines sont cancérigènes.

Des bougies enfants non admis

Autant de raisons qui font qu'il vaut mieux éviter d'utiliser ces bougies en présence des enfants. Ils sont en effet beaucoup plus fragiles par rapport à tout irritant et risquent de se sensibiliser plus rapidement en présence d'un allergène.  Les cas d'enfants atopiques ou développant un asthme d'origine allergique sont d'ailleurs en augmentation chez nous.

Ouvrez les fenêtres

Bien sur le niveau de toxicité de ces bougies dépend aussi de la concentration des émanations.  Une petite bougie dans un grande pièce sera sans doute moins nocive qu'une grande quantité de bougies dans un espace restreint.  "Sans doute"e, car on ne peut pas déterminer un seuil de toxicité en dessous duquel il faut descendre pour atteindre le risque zéro, celui n'existant pas ici non plus.  Alors, si vraiment vous ne pouvez pas vous passer de l'ambiance parfumée de ces bougies, pensez à aérer la pièce pendant et après la combustion, et ce quelle que soit la saison. 

Quelques petites choses auxquelles nous pouvons être attentifs

Il existe trois grandes familles de cire pour fabriquer les bougies : celle en paraffine, la cire d’abeille et les cires végétales (soja, palme, etc.). La paraffine, cire la moins couteuse, est un composant obtenu en raffinerie à partir du pétrole, tandis que la cire d’abeille et les cires végétales sont, elles, naturelles mais plus chères. Cependant, les cires naturelles sont parfois mélangées avec de la paraffine pour des raisons de coût mais aussi de tenue de la bougie. Quant aux parfums, il faut savoir que les huiles essentielles sont moins chimiques que les parfums de synthèse mais ces bougies coûteront souvent plus chères. Enfin, il y a la mèche. Là encore, pour être tout à fait sûr de ce que vous faites brûler, préférez des mèches écologiques : 100% naturelles et n’auront subi aucun traitement.

Conseils pour une "bonne utilisation" des bougies

  • Recouper la mèche (4-5 mm maximum).
  • Ne pas les éteindre en soufflant dessus (dégagement de fumée) mais en recourbant la mèche pour la tremper brièvement dans la cire.
  • Ce n'est pas parce qu'on ne voit pas de fumée qu'il n'y a rien qui se dégage. Les "grosses" particules visibles vont être plus facilement arrêtées par les filtres naturels du nez. Par contre, quand on ne voit rein, ce sont des microparticules qui se dégagent et se propagent plus facilement jusque dans nos poumons.
  • Les bougies seraient quand même moins nocives que les encens ou le papier d’Arménie mais des tests complémentaires devraient être effectués pour mesurer plus précisément leur aspect toxique.

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir