Contrôles policiers et réseaux sociaux font (parfois) mauvais ménage

Renforcement des contrôles policiers. Il y en a toujours qui veulent les éviter en utilisant les réseaux sociaux. Il y a la communauté "Coyote", par exemple ou l'application "Waze". Plus classiquement, il y a aussi "Facebook". Nous avons rencontré Bernard Dache, un passionné qui, avec une vingtaine de modérateurs, gère 15 sites Facebook qui couvrent la Wallonie et Bruxelles. Objectif : avec 300.000 membres, renseigner les radars mobiles et les contrôles.

Mais, en cette fin d'année, la police compte mettre le paquet pour éviter de se faire signaler par les réseaux sociaux. Comment? En étant plus mobile. De son côté, Edgard Dache compte bien poursuivre son objectif avec son réseau . Il a une dent contre les radars : "Ces radars sont mis à peu près n'importe où sauf aux endroits accidentogènes. Ils sont mis là où l'on sait que cela va rapporter beaucoup d'argent très rapidement". Le commissaire Olivier Quisquater de la Police de la route n'est pas du tout sur la même longueur d'onde : "Ca, c'est l'argument bateau facile. Les gens font un raccourci intellectuel qui consiste à dire "Puisqu'il y a de l'argent à l'arrivée de ces contrôles alors, c'est forcément le but". C'est tout à fait faux! Le but des contrôles c'est de rappeler aux gens qu'il y a des limitations de vitesse et qui faut les respecter.".

Police impuissante

Pourtant, Edgard Dache, fort des 300.000 membres de ses sites Facebook, est convaincu que la police est impuissante, qu'elle est beaucoup trop lente : "... ils ne se déplaceront jamais aussi vite dans le sens physique du terme que nous dans le sens électronique du terme. C'est-à-dire que le premier qui passe et qui est membre d'"Info Radars Mobiles" nous envoie un statut, le poste et le contrôle policier, eh bien voilà, il n'existe plus".

Le commissaire Quisquater a un tout autre avis :  "Les réseaux sociaux purs comme Facebook et autres, c'est généralement avant de conduire que vous avez l'occasion de les consulter. D'ailleurs, si vous les consultez en conduisant, là vous risquez aussi des problèmes. Donc, une fois que vous êtes en route, si les contrôles sont mouvants, vous n'êtes plus au courant de leur déplacement".

Vive les contrôles!

Edgard Dache préfère éviter les contrôles policiers . En même temps, il estime qu'ils sont utiles et nécessaires. "Vive les contrôles, oui! Mais je n'aime pas perdre 20 minutes dans un contrôle. Donc, si je peux l'éviter - parce que je sais que je ne bois pas au volant -, je l'évite". Contradictoire, non? Réponse du commissaire : "Ca peut faire perdre un petit peu de temps surtout si on n'est pas en règle parce que si on est en règle, ça peut aller très très vite. Si on n'est pas en règle, c'est utile. Imaginez que vous signalez un contrôle de police et que des gens sans assurance ou qui ont trop bu d'alcool les évitent et vont causer après un accident avec vous ou votre famille, je pense que là, vous allez perdre du temps et ce temps-là vous allez vraiment le regretter". 

Alors faut-il tout faire pour éviter les contrôles? Si on a la conscience tranquille pourquoi ne pas tout simplement prendre son temps. C'est aussi une façon de respecter une communauté.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK