Citernes d'eau de pluie : geste citoyen plutôt que gain financier

L'avantage du climat humide que nous ne connaissons que trop bien en Belgique, c'est que l'eau ne manque pas. L'or bleu wallon est ainsi une ressource que l'on évite de plus en plus de gaspiller en installant des citernes d'eau de pluie. La législation est d'ailleurs différente selon les régions et les communes. En Wallonie, l'installation n'est pas obligatoire mais est soumise à la discrétion des communes. Certaines imposent une quantité minimale, d'autres une double cuve faisant office de bassin de rétention en cas de fortes pluies. Mais la plupart du temps, il faut envisager leur présence dans le budget de base prévu pour une construction de maison neuve. Car une citerne, souvent en béton pour adoucir l'eau, coûte en moyenne 5 000 euros, groupe hydrophore et raccordements compris. Prévoyez quelques rallonges si vous souhaitez utiliser l'eau de pluie dans la machine à lessiver car il faut alors prévoir des filtres supplémentaires.

Attention aux frais d'entretiens

Une fois la citerne placée et fonctionnelle, il faudra l'entretenir. Malgré la présence d'un filtre retenant les impuretés, la citerne risque de se salir, surtout lorsque l'habitation est située près d'une zone boisée. Il n'est pas rare de devoir faire appel à des sociétés spécialisées afin de vidanger et nettoyer la cuve. On peut alors prévoir un budget de 200 euros.

Mais ce qui demande le plus d'entretien, ce sont les filtres situés avant la pompe du groupe hydrophore. En fonction de la propreté ou non de l'eau de pluie, il faut nettoyer ou changer régulièrement ces filtres. Coût moyen annuel : 30 euros.

A cela s'ajoutent des frais indirects, comme l'électricité nécessaire au fonctionnement de la pompe ou les éventuelles interventions sur l'installation...

En fonction de la taille du ménage et de la manière d'utiliser l'eau, le seuil de rentabilité est difficile à cerner sachant que le coût moyen du mètre cube d'eau de distribution est de cinq petits euros. Mais ce montant est en constante augmentation ces dernières années. A défaut de rentrer rapidement dans ses frais, on posera donc avant tout un geste citoyen en économisant les ressources.

Quelle capacité ?

Calculer la capacité adéquate d'une citerne relève de la gageure. Il faut en effet prendre en compte, outre la taille du ménage et sa manière de consommer, le nombre de points d'eau connectés, la superficie du toit et le degré d'autonomie souhaité en cas de sécheresse. Une citerne moyenne de 5 000 litres est ce qui est généralement préconisé, mais 7 500 et 10 000 litres ne sont pas rares. Enfin, il ne faut pas perdre de vue que le réseau d'eau de pluie ne peut en aucun cas être raccordé à celui d'eau de ville. Fini donc les systèmes de bypass ou de vannes anti-retour pour basculer sur le réseau de distribution en cas de citerne vide. Le moyen le plus fréquent pour alimenter les chasses sera encore de remplir la citerne au moyen d'un tuyau d'arrosage !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK