Canettes : une prime retour qui coûte cher aux communes ?

Canettes : une prime retour qui coûte cher aux communes ?
Canettes : une prime retour qui coûte cher aux communes ? - © Tous droits réservés

La reprise des canettes abandonnées dans la nature, c'est un projet pilote mené par Be WaPP, une asbl financée par Fost +. Depuis octobre dernier, ce projet a été mis en place dans dix communes wallonnes. Il y a le système automatisé et le système manuel. Mais, dans tous les cas, il s'agit d'un système de "prime retour" et non pas de "consigne". La différence est importante. 

Des milliers de canettes abandonnées par des citoyens malpropres traînent le long des routes... et tout cela coûte cher en nettoyage! Un projet pilote a été mis en place dans dix communes wallonnes depuis octobre dernier : la reprise des canettes. C'est assez simple : vous les introduisez dans une machine et elle vous rend un ticket. Valeur : cinq centimes par canette. C'est la prime retour. Dans d'autres communes, le système est manuel. Le projet est activé dans les communes de Nandrin, Amay, Yvoir, Frasnes-lez-Anvaing, Les Bons Villers, Fexhe-Le-Haut-Clocher, Frameries, Dour, Perwez et Neufchâteau. Vous recevrez donc, dans ces communes, un bon d'achat de cinq euros pour cent canettes rapportées... à faire valoir dans certains magasins participants à la campagne.

A Dour, le système est automatisé. C'est assez simple : vous introduisez les canettes dans une machine et elle vous rend un ticket. En plus elle est intelligente : elle compacte les boîtes et les trie, comme le confirme Dominique Colmant, conseiller environnement à la commune de Dour : "Nous avons deux types de canettes, celles en acier et les autres en aluminium. La machine les trie et elles sont ensuite broyées pour être recyclées". Et si un citoyen malveillant compte se débarrasser de ses déchets, une bouteille en plastique ou un bocal en verre? C'est raté! La machine reconnaît l'intrus et l'expulse. D'autres pourraient en profiter pour vider le sac bleu de leurs canettes. L'opération "nettoyage des routes" n'aurait alors plus de sens. C'est un risque, mais l'asbl Be Wapp qui coordonne le projet pilote veille au grain. Valérie Cartiaux, responsable communication à l'asbl Be WaPP : "On est bien conscient de ce risque. On a mis des garde-fous et il y aura un monitoring régulier du nombre de canettes dans les sacs bleus pour voir s'il y a un transfert des canettes du sac bleu vers le système de prime retour parce que ce n'est pas le but".

Prime retour n'est pas consigne !

Le système est donc basé sur le paiement d'une prime au retour des canettes abandonnées. Ce n'est donc pas une consigne où le prix du produit est augmenté d'un montant que le consommateur récupère en rendant l'emballage au magasin. Ce système ne plaît vraiment pas à Comeos qui représente notamment la grande distribution. Pourquoi? Avec la consigne, le prix augmente et il y a plus de manipulation. Avec la prime retour, cette manipulation - du temps de travail donc -  est dès lors assuré par les communes. Et il n'y a pas des machines partout. Par exemple, à Frameries, le comptage est manuel avec un système de casiers... tout cela prend du temps. Mais, à Frameries, on n'est pas dupe : "Ca nécessite vraiment plusieurs manipulations humaines. On fait intervenir deux à trois personnes. Donc ça demande de la main d'oeuvre, ça prend du temps. C'est pas sympathique comme système", précise Philippe Wilputte, directeur général à la commune de Frameries.

Autre commune, autre avis : à Les Bon Villers, on a déjà récolté 4 500 canettes en deux mois. Le projet est bien accueilli. Grégory Vassaux, employé communal : "On savait qu'en acceptant d'être commune pilote, il y aurait un petit geste supplémentaire à faire. Les heures d'ouverture sont les heures d'ouverture de bureau normales et l'encodage ne prend que quelques minutes. Naturellement, il y a du temps à consacrer mais quand la population s'investit, c'est normal d'avoir un retour de l'administration envers le citoyen aussi". Et ce n'est pas André que nous avons rencontré ce matin-là qui dira le contraire. Il a ramassé une soixantaine de canettes aujourd'hui. Il a tout de même quelque chose à ajouter à l'adresse de tous ceux qui les jettent dans la nature : "Ce sont des porcs et puis c'est tout. S'il ne sont pas foutus de prendre une canette et de la mettre chez eux dans la poubelle ...".

Des informations sur le projet pilote : "prime retour canettes"

Journal télévisé 25/09/2018

Neufchâteau lance l'opération de reprise des canettes avec prime de retour

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK