Accises sur l'alcool: un million de ménages belges vont acheter leurs boissons à l'étranger

Souvenez-vous : au mois de novembre 2015, le gouvernement belge procédait à une hausse substantielle des accises sur l'alcool. Plusieurs boissons ont vu leur prix grimper subitement de quelques euros. Plus elles contiennent de l'alcool, plus le montant des accises est élevé. Le calcul est d'ailleurs simple : 1 litre d'alcool pur à 100° se voit infliger 29,93 euros d'accises. Un litre de Gin à 50° aura donc son prix majoré de 14,96 euros. Sans oublier la TVA de 21% qui s'applique également sur les accises! Il n'est donc pas rare que les trois quarts du prix de vente d'un alcool soient composés uniquement de taxe...

Une fausse bonne idée

L'abus d'alcool est mauvais pour la santé et il est logique que l'Etat tente d'en diminuer la consommation. Mais nombreux sont ceux qui pensent que la mesure ne vise qu'à faire rentrer un peu d'argent dans des caisses désespérément vides. Ainsi, pour la fédération du commerce Comeos, la hausse des accises a eu l'effet inverse qu'escompté. Les Belges, dont un sur deux habite à moins de 50 km d'une frontière, ont décidé d'aller acheter leur alcool à l'étranger, là où il est moins cher. C'est le cas en France, mais surtout au Grand Duché de Luxembourg.

Nous avons comparé quelques prix d'apéritifs dans deux enseignes disposant de magasins de part et d'autre de la frontière : Delhaize et Cora. Entre les enseignes, quelques centimes de différences pour les mêmes produits, parfois à l'avantage de l'un, parfois de l'autre. Par contre, entre les pays, la différence est de plusieurs euros et peut même varier du simple au double! Un Gin Gordon, vendu à un peu plus de 15 euros en Belgique, se retrouve à moins de 9 euros au Grand-Duché. Le Rhum Havana Club Especial passe de près de 21 euros à moins de 12. Mais la palme revient au Ricard : près de 25 euros en Belgique et 12,49 (en promo, d'accord) au Cora de Luxembourg.

Evasion monétaire

Avec de telles différences, il n'est pas étonnant de constater que plus d'un million de ménages belges vont à présent acheter des boissons, et pas que de l'alcool, dans d'autres pays. Depuis la hausse des accises, le phénomène s'est amplifié de plus de 20%. Les achats transfrontaliers dans leur totalité représentent 2,8 milliards d'euros de pertes pour les commerçants belges. Et si l'on additionne les achats sur internet, le montant dépasse les cinq milliards d'euros.

Ce qui signifie que non seulement, des emplois belges sont menacés, mais aussi que l'Etat ne perçoit rien sur ces achats.

Par contre, les vendeurs d'alcool luxembourgeois se frottent les mains, puisque bien entendu, la consommation d'alcool des Belges n'a pas drastiquement diminué et ils viennent de plus en plus nombreux dans les commerces grand-ducaux.

Ces derniers proposent des prix globalement avantageux, mais la différence n'est pas toujours aussi marquée que dans les exemples précités. Ainsi, le Martini passe de 6,99 euros à 5,70 tandis que le Zizi Coin Coin ne voit son prix diminuer que d'un peu plus d'un euro (13,55 contre 11,09) tout comme le Porto Sandeman (12,09 contre 10,99). A moins d'en consommer des hectolitres, rien ne justifie donc un déplacement spécifique pour ces produits...

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir