Voyages en autocar : encore un certain flou

Voyages en autocar : encore un certain flou
3 images
Voyages en autocar : encore un certain flou - © Grafissimo - Getty Images

Avec la réouverture progressive des frontières, vous êtes nombreux à  vous demander où et comment vous allez pouvoir voyager cet été.

Pour les vacances en avion, les conditions semblent assez claires : pour autant que le pays de destination accepte les ressortissants belges, c'est port du masque pour tout le monde à bord et dans l'aéroport.

Mais qu'en est-il des voyages en autocar ? Les places y sont-elles limitées ? Le masque est-il aussi obligatoire ? Quid de la sécurité à bord ? Pour les autocaristes, ces questions relèvent du casse-tête...

Encore un certain flou

Pour les voyages en Belgique, c'est assez limpide : les cars peuvent être remplis à 100% à condition que tous les passagers portent le masque et que l'embarquement s'organise en deux groupes distincts : l'un monte par l'avant, l'autre par l'arrière. A bord, pas de toilettes, ni de frigo. 

En ce qui concerne les déplacements à l'étranger, la situation se corse. La difficulté, nous explique-t-on à la fédération des autocaristes, c'est que chaque pays a sa propre législation. Aux Pays-Bas, par exemple, les cars ne peuvent compter que 30 personnes maximum. Si l'on souhaite se rendre en Espagne, il faudra se conformer aux règles en vigueur dans chaque territoire traversé, en l'occurrence la Belgique, la France et l'Espagne. Pas simple. D'autant que les règles changent de jour en jour.

Dans ces conditions, beaucoup de voyages en car ont dû être annulés ou reportés.

La crise sanitaire contraint les autocaristes a adapter leurs offres.

Une reprise lente et progessive

C'est le cas des voyages Léonard. Chez eux, les voyages d'un jour redémarrent le 1er juillet. Pour les séjours plus longs, la reprise est fixée au 20 juillet et limitée à deux destinations : la Costa Brava et la Riviera Adriatique. Les circuits accompagnés attendront le 1er août.

Les conditions seront les mêmes pour tout le monde : port du masque obligatoire même pour les trajets de 10 ou 12 heures ! "Nous avons prévu des arrêts plus fréquents, nous explique le porte-parole, Benoît Charpentier, afin que les voyageurs puissent respirer un peu."

Pour ce qui est du programme sur place, il faut s'adapter au protocole sanitaire du pays de destination. Toutes les visites et activités prévues ne peuvent pas être garanties partout. Si le client n'accepte pas les éventuelles modifications, il recevra un voucher lui permettant de reporter son voyage ou d'en choisir un autre. Pas encore de remboursement possible.

Jusqu'au 20 juin, le Gouvernement belge autorise l'octroi de "bons à valoir".

Certaines destinations ne sont tout simplement pas possibles pour l'instant en raison des mesures locales. C'est le cas des voyages vers l'Angleterre qui impose une quarantaine dès l'entrée sur son territoire. C'est le cas aussi des excursions thématiques comme le Puy du fou puisque les spectacles y sont supprimés.

On le voit, les autocaristes sont, eux aussi, durement impactés par la crise sanitaire. En temps normal, pas moins de 13 millions de belges choisissent le car pour un voyage d'au moins un jour en Belgique ou à l'étranger.