Votre rouge à lèvres est-il toxique ?

Symbole de séduction, de féminité, de sensualité... Pour certaines, le rouge à lèvres est un indispensable. C'est inconcevable de mettre le nez dehors sans cette touche de rouge aux lèvres. 

Clean Beauty, l'application pour détecter les indésirables

Mais que contiennent ces petits bâtonnets ? Pour analyser leur composition, plus besoin d'un master en chimie, ni d'une loupe! L'application Clean Beauty permet, en photographiant les ingrédients, de détecter les indésirables. Vous pourriez être bien étonné en lisant les ingrédients qui composent certains rouge à lèvres... Des marques comme Chanel, Dior, Make Up Forever contiennent elles aussi du BHT (Butylhydroxytoluene). Nous avons interrogé le Professeur Corinne Charlier, Chef du service toxicologie clinique du CHU de Liège. Cette dernière nous précise que le BHT a été mis en évidence notamment dans le rouge à lèvres Chanel : "C'est un conservateur, un anti-oxydant. Puisque ce sont des produits assez gras, il faut en empêcher l'oxydation. Sinon ils vont s'altérer, ils vont avoir une mauvaise odeur. Donc on met des anti-oxydants. Malheureusement, à nouveau pour ce BHT, une partie de la communauté scientifique estime qu'il a un pouvoir de perturbateur endocrinien ".

Tout comme le BHA, le Butylhydroxyanisole, trouvé dans le rose Dusky Pink de chez Claire's et acheté plutôt par des jeunes filles, vu son prix mini: 3,99 euros. Ce produit contient aussi trois parabens. " Ces parabens sont suspectés d'agir comme des perturbateurs endocriniens, en tout cas par une grande partie de la communauté scientifique. Et donc l'exposition à ces parabens elle est assez risquée également ". 

Le rouge à lèvres, cosmétique le plus à risque 

Autre façon d'épingler les ingrédients à risque : le site de l'association française de consommateurs "UOPC - Que choisir". Ce dernier a répertorié des centaines de produits. On tape le code-barres et on découvre les risques en fonction des catégories d'âge. Voyons pour une certaine crème à lèvres de chez  NYX... " Vous allez trouver un ingrédient qui a un risque moyen, le cyclopentasiloxane. Ce sont des substances qui sont également des perturbateurs endocriniens " précise à nouveau le Professeur Charlier.

Quelle que soit la marque, quel que soit le prix, on trouve dans les compositions de ces rouges des huiles minérales : " Il y a des huiles minérales qui sont saturées et d'autres, insaturées. Les saturées, elles vont plutôt avoir un effet de toxicité sur le foie par exemple. Et dans les insaturées, on pense qu'il y aurait peut-être des hydro-carbures aromatiques polycycliques qui pourraient être cancérogènes ". "Que choisir" a constaté que les rouges à lèvres étaient les cosmétiques les plus à risque... 82% des rouges à lèvres analysés par eux, contiennent ces huiles minérales et hydrocarbures de synthèse, toxiques et cancérogènes. 

Les marques se retranchent derrière des seuils de toxicité

Qu'en disent les producteurs et les distributeurs de cosmétiques? " C'est faux, et le rapport du BFR, l'institut fédéral allemand d'évaluation confirme qu'on peut utiliser ces huiles minérales sans danger dans les produits cosmétiques. Ils sont d'ailleurs utilisés dans les produits pharmaceutiques. A la seule condition d'utiliser un grade pharmaceutique ou un grade alimentaire avec un niveau de pureté très élevé. Pour cela, Cosmetics Europe a édité les guide lines et l'industrie est sensée les suivre..." déclare Frederick Warzee, Porte-parole de Detic ASBL, l'Association des producteurs et des distributeurs de cosmétiques belge luxembourgeois qui regroupent de nombreuses marques comme l'Oréal -GemmeyèMaybelline. 

Nous avons aussi posé la question directement aux marques, qui nous ont assuré qu'il n'y a aucun risque. Beaucoup se retranchent derrière des seuils de toxicité. " Malheureusement, la plupart des produits chimiques dont nous parlons, surtout les perturbateurs endocriniens, ils sont connus pour avoir des effets sans seuil", nous explique le professeur Charlier. "C'est-à-dire que dès qu'il y a le produit dans notre organisme, il y a un risque de développer la toxicité qui lui est associé. Le problème ça va être "l'effet cocktail", le mélange de ces différentes substances dans son organisme. Ce qui peut entraîner des effets toxiques à long terme ".

Les perturbateurs endocriniens ne sont pas régulés suffisamment dans les cosmétiques

l'ONG européenne, Alliance pour la santé et l'environnement (HEAL) nous a donné son avis : " Les perturbateurs endocriniens ne sont pas régulés suffisamment dans les cosmétiques ". Mais bonne nouvelle, le Sénat Belge en février dernier a émis des recommandations à ce sujet : " Il faut faire en sorte que les pouvoirs publics interdisent l'utilisation de perturbateurs endocriniens dans les produits où ils ne sont pas nécessaires, et ce, afin de limiter au maximum l'exposition aux perturbateurs endocriniens, comme par exemple les produits cosmétiques. Donc voilà, la Belgique peut agir sur cette base. Aujourd'hui elle a vraiment de très bonnes intentions. Il faut juste mettre ça en acte ". Sophie Perroud, policy coordinateur chez Heal  se demande quand notre ministre de la santé, Maggie De Block  va agir car il est grand temps de faire quelque chose surtout pour les groupes à risque, surtout les femmes enceintes, les adolescentes et les enfants. Surtout que Heal a fait le calcul en 2014 : " l'exposition aux produits chimiques perturbant le système endocrinien (EDC) pourrait coûter jusqu'à 31 milliards d'euros par an à l'UE. L'élimination des EDC en Europe pourrait permettre d'économiser des milliards de dollars en coûts de soins de santé." 
 

En attendant, si vous voulez vraiment colorer vos lèvres, avant de le choisir, n'oubliez pas d'en analyser les ingrédients. Il en existe sans ingrédients controversés. Cherchez plutôt dans les marques bio et aussi en pharmacie mais attention, cela ne veut pas dire que quand on voit le logo BIO ou que l’on achète en pharmacie que  systématiquement tous les ingrédients sont sans danger...  Le mieux  est d’analyser la composition de votre rouge  avant de l’acheter ou alors, fabriquer le vous-même, cela n'a pas l'air d'être si difficile. ( Un petit défi Hubert ...)

 

 

 

   

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK