Visite d'un laboratoire où on teste les jouets...

A quelques enjambées de la venue de Saint Nicolas, nous avons pu accéder au laboratoire de test des jouets Dreamland de Colruyt... Avec cette question : qu'y teste-t-on exactement?

Vérifier la conformité des jouets et leur niveau de sécurité

Nous sommes partis à la recherche de Dimitri, qui teste les jouets chez Colruyt. Nous m'avons trouvé dans son antre, occupé à ... torturer une poupée. "On va appliquer une force de tension de 70 Newton, ou de 7 kilos, pour voir si les coutures tiennent" nous explique t-il. Il s'agit, pour le distributeur belge, de vérifier la conformité de ces jouets et surtout si leur niveau de sécurité est suffisant pour les enfants de moins de dix mois.

Il y a par exemple des cercles de métal, qui sont essentiels. Il y en a notamment un qui représente la gorge d'un enfant de moins de trois ans... Si l'objet passe, c'est dangereux. Corluyt retire alors de la vente ou fait faire la pièce en plus grand. Dimitri a à sa disposition une quantité d'appareils de test et de mesures : de la torsion, résistance à la chute, au tranchant, le niveau sonore aussi... Le son de la guitare qu'il nous a montré grimpe déjà à 75 décibels mais c'est normal parait il... "Pendant une période de quinze secondes, la moyenne à ne pas dépasser, c'est 80 décibels. Mais il peut y avoir des pics jusqu'à 110 décibels!".

Détecter les métaux lourds et les mauvais plastiques

Enfin, des appareils lui servent à détecter les métaux lourds ou encore les mauvais plastiques comme certains phtalates interdits. Laura dirige le service des laboratoires non alimentaires de Colruyt. Elle demande notamment à Dimitri de répondre à des demandes de Dreamland concernant certains jouets. Lors de notre tournage, il y avait un souci de stabilité dans l'empilement de la structure du jeu, ce n'était pas très solide et donc Laura suggère de demander à la production pour que le plateau soit plus résistant.

Dimitri suggère aussi d'autres petites améliorations à faire avant de le mettre en vente. 1 300 articles transitent par an dans le laboratoire de Dimitro, un bon tiers de la marque Dreamland, mais pas seulement. Il arrive que des jouets d'autres marques soient éjectés de la vente suite à une plainte... "Pour certains produits qui ont causé une plainte, on va demander d'avoir les avoir ici et on va vérifier ce qui se passe. Si le produit ne passe pas le test, on va enlever le produit du magasin", explique Laura. 

Si Colruyt s'est doté de ses propres labos, il n'en est pas de même pour les autres distributeurs qui font généralement confiance aux marques elles-mêmes...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK