Vie amoureuse et familiale au temps du confinement

Vie amoureuse et familiale au temps du confinement
3 images
Vie amoureuse et familiale au temps du confinement - © Westend61 - Getty Images/Westend61

Le confinement chamboule aussi bon nombre de vies amoureuses et familiales lorsqu’il s’agit de devoir se déplacer pour entretenir ces relations.

Les mêmes questions reviennent très souvent…

Je n’habite pas sous le même toit que mon partenaire, pouvons-nous continuer à nous voir ?

En situation de garde alternée, puis-je me déplacer pour aller chercher mes enfants ? 

La consigne générale est toujours la même : il faut limiter les déplacements au maximum et éviter tous ceux qui ne sont pas essentiels. Dans ces cas particuliers, les déplacements restent aujourd'hui autorisés mais chacun est appelé à les gérer avec la sagesse et la prudence qui s'impose.

Qu'en est-il si je n'habite pas sous le même toit que mon partenaire ?

Les mesures actuelles prévoient de limiter les contacts à votre famille (personnes qui vivent sous le même toit) et éventuellement à une personne supplémentaire.

Vous pouvez donc rendre visite à votre partenaire amoureux mais il faut en tous cas éviter de le faire si un des deux tombe malade ou présente des symptômes grippaux. De plus, le fait que les personnes concernées fassent partie ou non de groupes jugés à risques (santé précaire, diabète, affections respiratoires chroniques, etc) doit aussi être pris en considération. 

La garde alternée des enfants

Les droits de gardes prévus par le juge restent-ils d'application durant le confinement ?

Frédéric témoigne : Je suis papa, séparé, d'une petite fille de 5 ans et j'habite Lembeek. Le jugement prévoit que je la récupère ce vendredi à 18h00 pour le week-end. Puis-je aller la chercher chez sa maman qui habite Anvers ?

Se déplacer pour aller chercher ses enfants en garde alternée reste aujourd’hui autorisé, il faut juste se rappeler d’éviter les déplacements non essentiels.

Par mesure de précaution, certains parents optent d’ailleurs, en toute bonne entente, pour la solution de laisser les enfants chez un des deux parents pendant la durée du confinement. Cependant, l’organisation de la garde des enfants prévue par jugement reste d’application.