Une maison de cannabis ? Mais non, de chanvre !

Il y a pénurie de matériaux de construction en Belgique. On vous en a déjà parlé. Et si l'alternative était le chanvre ? Construire des maisons en blocs de construction de chanvre ?

Quelle partie du chanvre se retrouve dans les blocs ?

Charlotte de Bellefroid est responsable Communication IsoHemp, une usine belge, qui vise la fabrication de 5 millions de blocs par an, soit 1 800 maisons par an, soit 5 maisons par jour.

Elle explique : "La partie plate de la plante, la partie ligneuse, que l'on appelle la chènevotte , est mélangée avec de l'eau et de la chaux pour pouvoir arriver au résultat durable qu'on connaît, le bloc de chanvre. "

Et la suite du processus:" Avant cela, les blocs vont faire une première prise pour durcir et être palettisés. Et ensuite, seulement sécher pendant douze semaines avant d'arriver sur vos chantiers et là, être prêts pour les cent prochaines années."

Propriétés thermiques, acoustiques, hygrométriques du chanvre

"On peut utiliser ces blocs de construction aussi bien pour la rénovation que la nouvelle construction de maisons", continue Charlotte. "Ils présentent d'excellentes capacités thermiques, et une régulation hydrique. On va donc contribuer à avoir un environnement sain dans la maison. Une bonne résistance au feu. Et puis, un autre avantage, une isolation acoustique... On a donc des maisons qui sont hyper cocons et super confortables."

L'explication de l'architecte

Les blocs ont été amenés sur le chantier; les murs de blocs sont montés.

Hervé Barbeaux, architecte, explique: "On travaille sur un matériau en blocs mono mur. C'est vraiment juste la maçonnerie qui fait tant la paroi que l'isolation et qui est le support d'enduit intérieur extérieur. Qui travaille comme une peau, comme le Gore-Tex des chaussures pour régler l'humidité de la maison."

Le budget

Charlotte a fait le calcul pour nous: "Il faut imaginer sur une maison à 300.000 euros, on va se retrouver avec un léger surcoût de 2 à 3%, on va dire 8 000 euros supplémentaires. " En contrepartie," l'avantage est qu'on a une maison qui présente un bilan carbone qui est négatif, moins de déchets de chantier aussi. Et puis un confort qui va bien au-delà de ce qu'on aurait pu mettre en oeuvre ou même imaginer avec des solutions plus conventionnelles."


Retrouvez "On n’est pas des pigeons" du lundi au vendredi à 18h30 sur la Une et en replay sur Auvio.

Pour plus de contenus inédits, rendez-vous sur notre page Facebook.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK