Une affiche publicitaire sur sa façade, vrai bon plan ?

Ils font tellement partie du paysage que parfois, on a tendance à les voir sans les voir... Pourtant, ils sont partout, sur de nombreuses façades de maisons ou d’immeubles, dans tous les formats possibles et imaginables. Aujourd’hui, en Belgique, on compte 10 000 panneaux publicitaires. L’occasion d’analyser de plus près ce marché pour voir ce que ça rapporte vraiment.

Certains y voient un bon moyen de se faire de l’argent, d’autres crient à l’idée reçue… Mais qu’en est-il exactement ? Pour le savoir, nous sommes allés à la rencontre de propriétaires à Namur et dans le Brabant wallon. Premier arrêt : une maison sur laquelle est apposée une affiche de 20 mètres carrés pour une grande marque. La dame qui est concernée préfère garder l’anonymat mais nous prévient : " c’est beaucoup d’entretien, pas mal de soucis car de nombreux pigeons viennent se mettre entre le panneau et la façade, occasionnant des fientes sur le trottoir ". A ces inconvénients, il y a un avantage, financier : " Par an, cela rapporte environ 600 euros, ce qui me paie le cadastre ".

Au deuxième arrêt, le son de cloche est légèrement différent… " Moi, je touche un peu moins de 200 euros par an pour cette affiche, explique Marie-Louise. Ce n’est pas grand-chose et en plus, les gens qui changent les affiches ont fait des trous sur ma façade ! ".

Que penser alors ? D’un cas à l’autre, le revenu diffère et les expériences aussi. En cause, l’absence de règles en matière d’affiches publicitaires sur façades. Car il y a plusieurs critères qui entrent en ligne de compte pour fixer le revenu : l’emplacement, le trafic, la rareté des affiches dans le quartier… En clair, moins il y a de publicités dans votre rue, plus l’affiche apposée sur votre façade vous rapportera. Mais attention, l’idée selon laquelle on peut se faire beaucoup d’argent n’est pas vraie non plus. Actuellement, le marché publicitaire investit moins dans ce type de support. " En 15 ans, on est passé de 40 000 affiches en Belgique à 10 000, précise Patrick Sion, directeur commercial de Belgian Posters. Sur ce nombre, nous en produisons 4 000, ce qui occasionne différents types de contrats avec différents types de propriétaires, que ce soit l’Etat ou un particulier ". Il faut savoir que les baux ont une durée de 9 ans généralement, reconductible. A noter, le propriétaire de la façade n’a pas de droit de regard sur les affiches qui sont changées en moyenne tous les 15 jours et un permis à la commune doit toujours être demandé et octroyé avant de voir sa façade garnie d’un slogan.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK