Un label donné par un huissier pour rassurer commerçants et consommateurs

Les huissiers proposent un label pour rassurer les commerçants et les consommateurs.
2 images
Les huissiers proposent un label pour rassurer les commerçants et les consommateurs. - © Richard Villalon - stock.adobe.com

Les huissiers proposent un label pour rassurer les commerçants et les consommateurs.

Ce lundi 18 mai, de nouveaux commerces vont pouvoir rouvrir. Des commerces où le contact est de mise comme les salons de coiffure, les salons de tatouage ou encore les instituts de beauté.

Mais comment être certain que ces établissements respectent bien toutes les mesures de sécurité imposées par le gouvernement ? En tant que commerçant, comment savoir si je suis en règle ?

Une solution : faire appel à un huissier !

La cas de la réouverture d’un institut de beauté

En prévision de ce lundi 18 mai, Sima Setakhr se prépare pour la réouverture de son salon de soins Rose et Jasmin.

Sima se pose certaines questions : " Les masques, les gants, les désinfectants, c’est une évidence, mais aux yeux de la loi, dois-je aussi protéger par exemple mon comptoir d’un plexiglas pour faire les ongles au travers ? " Sima Setakhr se demande ce qui est obligatoire ou pas :" Je sais que je vais imposer le port du masque dans mon institut, à l’intérieur de mon commerce je peux décider de ça, les mains des clientes seront désinfectées, je vais bien sûr prendre toutes les mesures possibles et obligatoires. "

Pour répondre à toutes ses questions Sima peut consulter ce lien, en fonction du commerce, les mesures à prendre sont clairement établies.

Apporter une preuve

Si Sima le souhaite, pour se rassurer et apaiser ses clients, elle peut aussi faire appel à un huissier.

Un procès-verbal de constat dressé par un huissier de justice peut aider à établir que mon commerce ou mon entreprise remplit bien toutes les recommandations.

Ce procès-verbal pourra être produit, non seulement pour rassurer les clients et éventuellement les salariés, mais aussi en cas de contrôle. Une mention ou un constat authentique peut alors être affichée dans les lieux ou sur le site Internet, ou encore sur la vitrine, en guise de label.

Bernard Yernaux, huissier de justice à Mons et administrateur de l’Union Francophone des Huissiers de Justice : " L’idée est d’offrir un service au citoyen à un moment assez difficile pour leur permettre de se sécuriser ". Un lien a été créé sur les réglementations sanitaires qui ont été édictées par le SPF Emploi et SPF Economie.

Et si les commerçants, les entreprises le souhaitent, ils peuvent avoir un contact avec un huissier de leur région. Celui-ci se rend sur place, il relève ce qui a été fait par rapport à la mise aux normes des conditions sanitaires. Bernard Yernaux explique : " Le huissier se rend sur place, il relève ce qui a été fait en ce qui concerne la mise en ordre des conditions sanitaires, une localisation extérieure pour un respect de la distanciation, un affichage clair des règles de distanciation au niveau du commerce, le nombre de personnes qui peuvent être présentes dans le commerce en fonction de la superficie. La mise à disposition de gel, de gants, tout dépend du type de commerce. Le huissier de justice fait le constat de tout ça, il voit comment tout est organisé au niveau des consommateurs, du personnel, mais aussi de la gestion des stocks et des livraisons. "

Le but ?

Ce service payant, non obligatoire peut rassurer tout le monde.

C’est d’établir qu’à un moment donné, le commerçant a bien effectué toutes les démarches.

  • Vis-à-vis des organismes de contrôle, cela lui permet d’officialiser les mesures prises dans le temps.
  • Par rapport aux consommateurs, il y a un label qui est affiché sur ces commerces et l’informe des mesures prises.

Le commerçant en possession de ce document doit continuer à maintenir les conditions établies et continuer à les améliorer en fonction de l’évolution des réglementations.

Ce label est un état des lieux, le huissier de justice authentifie ce qui a été fait à une date donnée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK