Un cancéropôle prévu pour 2020 à Bruxelles

Un cancéropôle prévu pour 2020 à Bruxelles
Un cancéropôle prévu pour 2020 à Bruxelles - © PeopleImages - Getty Images

C'est sans doute une nouvelle intéressante pour les personnes atteintes par le cancer. Les hôpitaux Bordet et Erasme, ULB et la ville de Bruxelles se rapprochent et vont créer, d'ici 2020, un cancéropôle. Il s'agit d'un gigantesque centre de 80 mille mètres carrés où tout sera pensé, jusqu'au nombre de pas que le patient doit faire entre deux services.

Nous avons intérrogé Dominique De Valeriola, Directrice Générale Médicale de de l'Institut Bordet. Elle précise que tous les experts de l'oncologie et les professionnels de santé de l'Institut Bordet vont rejoindre ce nouveau bâtiment à l'horizon de fin 2020. Les experts de l'hôpital Erasme y contribueront également. A terme, le cancéropôle contiendra 250 lits et 40 lits d'hospitalisation de jour. 

Le trajet du patient analysé

Une programmation extrêmement fine a été réalisée pour les besoins des patients. Les trajets de soins en ambulatoire que les patients font au cours de leur maladie ont été analysés, et tout a été programmé dans le bâtiment pour que les services soient localisés d'une manière structurée et rationnelle dans le cadre des trajets de soin des patients. Un hôpital relativement compact a également été choisi pour justement permettre au patient de facilement s'y retrouver et de faire le moins de pas possible. C'est aussi pour que les professionnels de la santé puissent communiquer entre eux dans ce bâtiment très compact.

Un plateau de laboratoires de recherche

Autre atout de ce bâtiment : il intègre un plateau de laboratoires de recherche, également une surface pour la recherche clinique au sein même du bâtiment, donc réellement au cœur des soins. Le but est que toutes les questions que se posent les cliniciens au chevet des patients puissent rapidement remonter auprès de chercheurs pour qu'ils puissent chercher et découvrir de nouveaux traitements.

Les différents cancéropôles sont occupés à se créer dans d'autres endroits en Europe. " Dans ce cas-ci, nous espérons faire quelque chose d'exceptionnel avec un centre de référence d'une grosse capacité, qui va concentrer les expertises et les nouvelles technologies, et prendre en charge les patients oncologiques. Mais nous allons aussi nous rapprocher des laboratoires de la faculté de médecine qui sont très importants pour nos recherches. Egalement de la faculté de kiné, de l'école d'infirmières... Tout un environnement important pour mettre tous nos atouts au service des patients ", souligne Dominique De Valeriola.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK